Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 août 2010 7 01 /08 /août /2010 11:02

 

maarten pepyn bal cour

Maarten Pepyn (Anvers, 1575-1642/43),
Bal à la Cour
, 1640.

Huile sur toile, Moscou, Musée Pouchkine.
[cliquez sur l’image pour l’agrandir]

 

Label légendaire pour l’originalité et la qualité de ses disques, Arcana a bien failli ne pas survivre à la mort, en octobre 2006, de son fondateur, le regretté Michel Bernstein. Il s’est heureusement trouvé quelques bonnes volontés pour faire que cette belle aventure se poursuive et qu’à côté de nouveaux enregistrements, de plus anciens, qui, pour la plupart, avaient fait date lors de leur première publication, soient réédités. C’est le cas aujourd’hui de La Margarita, une splendide anthologie consacrée en 1996 par l’ensemble Armonico Tributo Austria à des musiques de Cour de Johann Heinrich Schmelzer.

Ce compositeur a récemment bénéficié d’un regain d’intérêt, qui s’est soldé par de belles réussites discographiques, parmi lesquelles l’intégrale des Sonatae unarum fidium (titre polysémique de son recueil de « Sonates pour un violon » publié en 1664) par Andrew Manze (Harmonia Mundi, HMU 907143, 1996) et deux récitals, l’un de Sonates et ballets sous la direction de Roland Wilson (CPO 999878-2, 2002), l’autre de Sonates pour violon sous les doigts experts d’Hélène Schmitt (Alpha 109, 2007), pour ne mentionner que les enregistrements monographiques.

johann heinrich schmelzerPourtant, bien des points de la biographie de cette figure centrale dans le développement de la sonate et de la suite en territoires germaniques demeurent obscurs. De la naissance de Schmelzer (représenté, ci-contre, dans un dessin de 1658), au début des années 1620 à Scheibbs, un village de l’actuelle Basse Autriche, à la première mention de son nom, en 1643 à Vienne, en qualité de joueur de cornet à bouquin à la cathédrale Saint-Étienne, on ignore tout de son parcours et de sa formation. Il est probable que ce fils d’artisan soit arrivé dans la capitale des Habsbourg relativement jeune et qu’il ait acquis sa fabuleuse technique violonistique au contact d’un de ces nombreux musiciens virtuoses qui s’exilaient alors d’Italie pour faire carrière à Vienne, peut-être d’Antonio Bertali (1605-1669). Ce qui est certain, c’est qu’en 1649, l’année même où ce dernier devient Kapellmeister de la Cour, Schmelzer est engagé en qualité de violoniste à la Hofkapelle impériale. Nouvelle lacune documentaire jusqu’en 1658 et les festivités du couronnement du nouvel empereur, Léopold Ier, auxquelles le compositeur participe et qui vont être le point de départ de son irrésistible ascension. En 1659, paraît le premier recueil de sonates de Schmelzer, Duodena selectarum sonatorum, suivi, en 1662, du Sacro-profanus concentus musicus, et, en 1664, des Sonatae unarum fidium. La virtuosité y va croissant, matérialisée, entre autres, par l’emploi de la scordatura, cette technique d’invention a priori italienne (Biagio Marini, Sonates opus 8, Venise, 1629) qui vise à modifier l’accord des cordes à vide du violon. En 1671, le compositeur est appointé en qualité de Vice-Kapellmeister, puis, en 1679,  à la mort de Giovanni Felice Sances, il est le premier compositeur non italien à être nommé Kapellmeister de la Cour impériale. Il ne va jouir que brièvement de cette gloire, car, ayant fui Vienne à la suite de l’empereur pour échapper à la peste, la maladie le rattrape à Prague, où il meurt, en février ou mars 1680.

jan thomas leopold IerS’il laisse également un vaste corpus de compositions sacrées, qui reste encore largement à redécouvrir, c’est dans le domaine de la musique instrumentale, qui constituait l’essentiel de son activité à la Cour, que Schmelzer se montre le plus inventif. Il faut séparer, sans doute de façon un peu arbitraire, ses ballets et autres pièces de circonstance que leur destination même oblige à demeurer dans un cadre un rien plus conventionnel, de ses sonates, qui se révèlent des terrains idéaux pour toutes sortes d’expérimentations, dont Heinrich Ignaz Franz Biber (1644-1704), qui fut peut-être son élève, saura se souvenir ; rendons néanmoins justice aux premiers de réussir le tour de force de dépeindre un climat ou une action, parfois en quelques notes seulement, en usant, avec un art consommé qu’on retrouvera chez Fux ou Telemann, de toutes les ressources offertes par un instrumentarium bigarré. Dans ses ballets comme dans ses sonates, Schmelzer apparaît comme un conteur qui se sert de ses fabuleuses capacités techniques, bariolages, double et triples cordes, virtuose vélocité, pour les mettre au service d’une large palette expressive, tour à tour solennelle, goguenarde, ou intime. Reposant sur de solides bases compositionnelles, sa musique se laisse fréquemment gagner par la liberté propre au Stylus Phantasticus et prend des allures rhapsodiques, son flux se faisant imprévisible, tumultueux, voire tourmenté. N’hésitant pas à intégrer des éléments populaires ou à se laisser aller à des moments de sensibilité frémissante, Schmelzer, loin de se contenter d’imiter servilement la manière italienne, en fait une matière radicalement neuve qui ne restera pas, comme on l’a vu, sans postérité.

 

jan thomas marguerite-therese autricheLa Margarita, dont le titre se veut un hommage à la figure de Marguerite-Thérèse d’Autriche (1651-1673), infante immortalisée par Velázquez dans les fameuses Ménines qui devint impératrice en épousant Léopold Ier en 1666, offre un parfait reflet de cette musique kaléidoscopique. Que l’ambiance soit festive (Balletto a cavalo), humoristique (Die Fechtschule – « La salle d’escrime »), ou plus recueillie (Lamento sopra la morte Ferdinandi III), c’est partout la même ivresse inventive qui règne dans les pièces qui nous sont proposées par l’ensemble Armonico Tributo Austria, dirigé par le gambiste Lorenz Duftschmid, sans doute parmi les interprètes les plus convaincants de ce répertoire. Tout d’abord, la maîtrise technique des musiciens est impressionnante, particulièrement lorsque l’on sait les pièges dont ces partitions fourmillent, et c’est un régal de les entendre jouer les funambules, dialoguant, s’opposant, se pourchassant. Ensuite, tous connaissent visiblement ce répertoire sur le bout des doigts, ce qui leur permet, en variant sans cesse et très subtilement les nuances rythmiques ou dynamiques d’insuffler une incroyable vitalité à des pièces qui pourraient, moins habilement mises en valeur, sombrer dans l’ennui ou la superficialité. Enfin, l’attention apportée à la densité sonore, quand tant d’ensembles s’obstinent parfois à sonner maigre comme gage douteux d’authenticité, fait de cette anthologie, avec l’aide d’une captation pleine de rondeur et de présence, un festin de couleurs gorgées de sève et de chaleur.

Intelligence du programme, virtuosité des musiciens, sensualité du son, tous ces atouts font de La Margarita un enregistrement qui, quinze ans après sa première parution, constitue toujours un des piliers majeurs de la discographie consacrée à Schmelzer, sans doute même l’album idéal, avec celui, très différent et tout aussi réussi, d’Hélène Schmitt, pour aborder ce compositeur. Une réédition à ne pas manquer.

 

schmelzer la margarita armonico tributo duftschmidJohann Heinrich Schmelzer (c.1620/23-1680), La Margarita, Musique pour la Cour de Vienne et de Prague.

 

Armonico Tributo Austria
Lorenz Duftschmid, viole de gambe & direction

 

1 CD [durée totale : 70’] Arcana A 339. Ce disque peut être acheté en suivant ce lien.

 

Extraits proposés :

1. La Margarita

2. Sonata I a 8 (Sacro-profanus concentus musicus, 1662) :
[Allegro] – Adagio – Allegro – [Adagio]

3. Sonata VIII a 3 (Duodena selectarum sonatorum, 1659) :
[Adagio] – Allegro – Adagio

4. La PastorellaGavotta styriacaHötzer seu AmenerGavotta bavarica

 

Illustrations complémentaires :

Jan Thomas (Ypres, 1617-Vienne, 1678), Léopold Ier en costume de théâtre, 1667. Huile sur cuivre, 33,3 x 24,2 cm, Vienne, Kunsthistoriches Museum.

Jan Thomas, Marguerite-Thérèse d’Autriche en costume de théâtre, 1667. Huile sur cuivre, 33,3 x 24,2 cm, Vienne, Kunsthistoriches Museum.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Christophe Pucek - dans Gemmes
commenter cet article

commentaires

myriam 27/08/2010 15:40



Cher Jean-Christophe, ce bal m'a emmené tout naturellement sur l'ouverture du Festival de Sablé
http://culturebox.france3.fr/#/sable/27007/eventail-de-musiques-et-de-danse-au-festival-baroque-de-sable


Bien à vous.



Jean-Christophe Pucek 27/08/2010 17:21



Chère Myriam,


Vous avez raison, vidéo et tableau dialoguent parfaitement et voici une belle façon d'ouvrir ce billet vers d'autres horizons, au travers d'un festival pour lequel j'ai une grande tendresse.
Merci.


Bien amicalement.



Henri-Pierre 18/08/2010 16:42



Cette musique évoque à la perfection, de concert avec les peintures proposées, ce monde pré-baroque et baroque de la fin du siècle seizième et du printemps du suivant.


Guerres et atrocités Callot les illustrait, et, un peu avant, Caron disait sous couvert d'allégories faussement antiquisantes les peurs et les angoisses d'une époque de mutation.


Mais il y avait le goût du travestissement et du théâtre, des bals parés en vertugades où majestueuses pavanes alternaient avec les lestes "danses hautes" où les corps des couples s'étreignaient
en de sensuelles harmonies.
Il y avait les gaillardes danses paysanes et il y avait au sommet de la pyramide sociale, le goût du masque, du mystère, des complots et de l'équivoque.
Avec bien sûr des plumes en faisceaux en aigrettes ou en pleureuses, l'histoire avait du panache.



Jean-Christophe Pucek 18/08/2010 20:10



On ne dira jamais assez à quel point les XVIe et XVIIe siècles ont été des siècles doubles, à la fois plein d'ors et de sang, de raffinement et de barbarie, de savoir et d'obscurantisme. Tu as
raison, sous la pompe déployée dans cette musique, ce frémissement d'effroi face à la dureté des temps qui parcourt l'échine est, aujourd'hui encore, parfaitement perceptible.



Continuum 05/08/2010 22:41



C'est vrai que ce tableau de Pepyn est saisissant. L'emplacement des musiciens, suspendus sur une sorte de nacelle, est original, et le mouvement imprimé par la foule de danseurs est une belle
invitation à la lecture. Une très belle trouvaille, merci cher Jean-Christophe.



Jean-Christophe Pucek 06/08/2010 14:40



C'est un véritable plaisir de vous revoir ici, cher Continuum. Il y a effectivement beaucoup d'atmosphère dans ce tableau de Pepyn, que je ne regrette pas d'avoir choisi comme illustration du
billet, tant il suscite de commentaires. Les musiciens sont en tribune, comme à l'église, ce qui renforce le caractère religieux apporté par le triptyque contre le mur opposé. Un rappel que sacré
et profane faisaient souvent bon ménage au XVIIe siècle ?


Merci pour votre commentaire et bien cordialement.



Framboise 05/08/2010 15:39



J'hésitais à poster, après tant de joutes érudites entre vous. En réalité, le bal m'a dès le début, et je viens d'y retourner pour vérifier, donné au contraire l'impression d'une grande gaîté ...


Chaque couple dénote une attirance au moins de l'un des danseurs envers l'autre, les enfants courent, il y a deux personnages un peu énigmatiques pour moi, à gauche, qui mènent la sarabande en se
contorsionnant. Même les vieilles personnes qui font tapisserie, en noir , au fond, ne sont pas complètement sages... 


C'est pour moi la version huppée de la kermesse . Une scène sympathique, presque satirique.


 


Merci pour ce partage de musique et de peinture, en réelle correspondance.



Jean-Christophe Pucek 05/08/2010 20:07



Mais il ne faut jamais hésiter à poster ici, Framboise : cet espace est ouvert à tous et à tous les commentaires, vous y êtes la bienvenue.


Vous avez raison de rectifier un peu ce qui a pu se dire sur le tableau, dont la solennité est effectivement tempérée par le mouvement des différents groupes et des notes d'humour savoureuses. Je
me demande si Pepyn n'a pas tenté de dépeindre, dans une même oeuvre, la plus large palette de sentiments possible présente dans une assemblée, il faudrait comparer avec des tableaux de fête de
la même période.


Merci encore pour votre commentaire !



Hoffmann 03/08/2010 22:06



Décidément, j'apprécie toujours autant la qualité et l'originalité des illustrations. Ce Bal de Maarten Pepyn est vraiment étonnant, je ne connaissais de lui que des tableaux religieux.
Peut-être d'ailleurs l'espèce d'autel domestique sur la droite, avec triptyque et crucifix bien en vue, contribue-t-il au peu d'enthousiasme des danseurs que souligne notre amie Marie... Quant à
Jan Thomas, il se révèle un portraitiste intéressant. Je ne sais pas si Léopold 1er ressemblait à Belmondo, c'est surtout les mariages consanguins des Habsbourg qui sont ici cruellement rappelés,
la pauvre Marguerite-Thérèse en a fait les frais elle aussi.



Jean-Christophe Pucek 04/08/2010 07:07



J'ai été plutôt surpris de trouver ce tableau dans la production de Pepyn, qui m'avait habitué à explorer d'autres genres. Je trouve cette toile vraiment intéressante par son mélange de sacré et
de profane (j'avais noté aussi la présence du triptyque et des autres éléments religieux), et une manière dans laquelle je retrouve des éléments français.


Les portraits de Jan Thomas, malgré le caractère de convention attaché au genre, sont effectivement plutôt sans concessions et, comme vous le soulignez très justement, révèlent avec une acuité
presque cruelle les ravages de la consanguinité qui fit tant et tant de ravages chez les Habsbourg.


Merci pour votre appréciation sur mon travail et, je l'espère, à bientôt.



Présentation

  • : Passée des arts
  • Passée des arts
  • : Un parcours à travers les expressions artistiques, du Moyen-Âge à la première moitié du XXe siècle.
  • Contact

Recherche