Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2010 7 26 /09 /septembre /2010 13:49

 

caspar david friedrich sur le voilier

Caspar David Friedrich (Greifswald, 1774-Dresde, 1840),
Sur le voilier
, c.1819.

Huile sur toile, 71 x 56 cm,
Saint-Pétersbourg, Musée de l’Ermitage.

 

Si, médiatiquement, les commémorations du bicentenaire de la naissance de Chopin ont plus ou moins complètement relégué dans l’ombre tous les autres anniversaires, quelques disques sont heureusement là pour rendre hommage aux compositeurs moins favorisés, du moins en France, par l’année 2010. Le pianiste Éric Le Sage a entamé, il y a maintenant 5 ans, une intégrale de l’œuvre pour clavier et de chambre de Robert Schumann qui fera date et a été, jusqu’ici, accueillie très favorablement par la critique. Le dixième volume que vient de publier Alpha, éditeur aussi scrupuleux que courageux de cette entreprise depuis ses débuts, nous propose une très belle version de deux pièces bien connues, le Quintette et le Quatuor pour piano et cordes.

 

La vie de Robert Schumann (1810-1856) est suffisamment documentée pour que l’on puisse s’autoriser à ne se concentrer que sur la période d’écriture de ces deux œuvres jumelles de l’automne 1842. La composition du Quintette s’est déroulée entre le 23 et le 28 septembre avec une révision le 12 octobre, celle du Quatuor, en un mois à partir du 24 octobre, des durées d’élaboration particulièrement brèves si l’on considère le degré d’achèvement des deux partitions. Pour comprendre pourquoi Schumann en arrive à inclure le clavier dans sa musique de chambre, il est nécessaire de remonter un peu le fil du temps.

eduard kaiser robert clara schumann12 septembre 1840, le compositeur épouse Clara Wieck, compositrice et virtuose du piano. L’installation dans la vie conjugale et l’arrivée, juste un an après, d’un premier enfant la tiennent un temps éloignée de la scène, à l’exception de deux concerts publics, où sa présence vole la vedette aux créations de deux symphonies de son mari (la Première, le 31 mars 1841, la version originale de la Quatrième, le 6 décembre suivant). En février 1842, Clara décide d’entreprendre une tournée avec Robert, qui, amer de ne pas focaliser l’intérêt, l’abandonne le 12 mars pour regagner le foyer familial où sa femme ne le rejoindra que le 26 avril. De ce contexte tendu naîtront les trois Quatuors à cordes, opus 41, composés entre le 4 juin et le 22 juillet, puis le Quintette et le Quatuor avec clavier, dont l’intention secrète est, en lui offrant des pages où le piano tient une place prépondérante (le Quintette lui est d’ailleurs dédié) mais qui s’en tiennent à une dimension chambriste, de fixer Clara à ses côtés. C’est peut-être cette histoire de reconquête que nous conte le Quintette pour piano et cordes, en réalité un véritable concerto pour clavier simplement réduit, comme on l’a souvent fait au XIXe siècle, à des effectifs de salon. Sa parenté évidente avec la Troisième Symphonie « Eroica » de Beethoven, créée en 1805, dont il partage, outre la tonalité dominante de mi bémol majeur, un deuxième mouvement en ut mineur au tempo de marche, est, à mon sens, révélateur d’une lutte pour le bonheur, affirmé dans le premier mouvement, mis en péril dans le deuxième, regagné de haute lutte, après un Scherzo fébrile, dans le Finale où s’opposent l’héroïque et finalement victorieux mi bémol majeur et le douloureux sol mineur. À côté du déploiement d’énergie de cette partition aussi ambitieuse que haute en couleurs, le Quatuor pour piano et cordes a souvent et assez injustement été jugé plus faible. Si la tension y est bien présente, elle y est nettement moins exacerbée, comme si l’humeur combattante du Quintette avait réussi à tenir, en partie, les ombres menaçantes en respect. L’exaltation émaillée de tendresse du Sostenuto assai liminaire est emplie d’amoureuse ardeur, le Scherzo d’une effervescence et d’une légèreté toutes mendelssohniennes, tandis que se déploie, dans l’Andante cantabile, une rêverie à la fois tendre et recueillie, avant que le Vivace final n’emporte l’auditeur dans une apothéose fuguée radieuse, dont le caractère affirmatif se situe bien loin des ambiguïtés, résolues in fine, du dernier mouvement du Quintette.

 

eric le sageCes deux œuvres de Schumann vont avoir une descendance fabuleuse et servir de modèles pour des compositions similaires de musiciens aussi différents qu’entre autres Berwald, Franck, Dvorak, ou Fauré. Une des vertus majeures de la vision qu’en livrent aujourd’hui Éric Le Sage (photo ci-contre) et ses comparses est justement de réussir à faire nettement entrevoir les promesses d’avenir que contient cette musique. On tient indiscutablement ici une interprétation de très haute tenue, à la fois très pensée et maîtrisée, mais n’oblitérant pas, pour autant, la juste expression d’une vaste palette émotionnelle allant de la joie lumineuse aux noirceurs de l’angoisse en passant par la tendresse éperdue. Le discours, grâce une indéniable tension dramatique mais aussi à un équilibre savamment entretenu, avance sans alanguissement dans les mouvements lents et fait montre d’une belle vitalité voire, par instants, d’une âpreté bienvenue dans ceux qui requièrent plus de vivacité. Les instrumentistes sont excellents, et bien qu’ils ne forment pas à proprement parler un ensemble constitué, leur écoute mutuelle fait merveille. Même si chaque individualité parvient à s’exprimer et à faire valoir ses atouts techniques et ses couleurs (le piano possède des teintes boisées absolument splendides), personne ne cherche, en effet, à tirer la couverture à lui ou à en faire trop. La seule réserve, qui est avant tout affaire de goût, que j’émettrai sur cette très belle réalisation concerne l’usage du vibrato, que j’aurais souhaité plus discret, la musique romantique pouvant en faire largement l’économie sans que sa dimension affective s’en trouve pour autant mise à mal.

Ce nouveau volume de l’intégrale Schumann d’Éric Le Sage s’inscrit donc dans la même lignée d’excellence que ceux qui l’ont précédé, et j’en conseille l’écoute à toutes celles et tous ceux qui souhaiteraient découvrir ou redécouvrir le Quintette et le Quatuor pour piano et cordes dans des conditions optimales d’interprétation, mais aussi techniques, la prise de son et les notes de présentation, signées par l’éminente schumanienne qu’est Brigitte François-Sappey, se signalant par leur haute qualité. Un très beau disque pour ne pas oublier que 2010 fut également l’année Schumann.

 

robert schumann klavierwerke kammermusik le sageRobert Schumann (1810-1856), Quintette pour piano et cordes en mi bémol majeur, opus 44, Quatuor pour piano et cordes en mi bémol majeur, opus 47.

 

Gordan Nikolitch, violon 1. Daishin Kashimoto, violon 2 (op. 44). Lise Bertaud, alto. François Salque, violoncelle.
Éric Le Sage, piano Steinway.

 

1 CD [durée totale : 57’13”] Alpha 166. Ce disque peut être acheté en suivant ce lien.

Les volumes actuellement parus de cette intégrale sont disponibles en suivant ce lien.

 

Extraits proposés :

1. Quintette pour piano et cordes, op. 44 :
[II] In modo d’una Marcia. Un poco largamente

2. Quatuor pour piano et cordes, op. 47 :
[IV] Finale. Vivace

 

Illustrations complémentaires :

Eduard Kaiser (Graz, 1820-Vienne, 1895), Robert et Clara Schumann, 1847. Lithographie, Bonn, Schumannhaus.

Photographie d’Eric Le Sage © Solea Management.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Christophe Pucek - dans Gemmes
commenter cet article

commentaires

Ouf 1er 04/10/2010 20:56



Ah, suis aussi un fervent admirateur de cette série d'Eric Le Sage, qui fera date dans la discographie Schumannienne.



Jean-Christophe Pucek 05/10/2010 07:08



Je trouve également que cette intégrale est un beau et courageux projet, bien loin des disques "jetables" qui paraissent ces derniers temps et vont fleurir en abondance dans les semaines à venir,
puisqu'on se rapproche de la fin de l'année. Eric Le Sage est un pianiste majeur dont j'ai eu plaisir à saluer le travail au travers de ce billet.



Marie 02/10/2010 10:21



Nous ne les percevons peut-être pas de la même façon ... Je ne m'identifie pas à Clara toutefois. Main dans la main, ils regardent dans la même direction, vers la Ville, de laquelle ils se
rapprochent ...



Jean-Christophe Pucek 02/10/2010 19:16



C'est exactement pour cette raison que j'ai choisi cette toile, chère Marie, après avoir longuement hésité. C'est elle qui me paraissait rendre compte le plus exactement de ce qui sous-tend la
musique.



Marie 01/10/2010 17:06



Pour moi qui vient de l'autre siècle, je découvre à chaque billet et le tableau de Friedrich, (encore un et c'est un bonheur) évoque quelques heures de ma jeunesse heureuse. Quoi, ce n'était pas
la même embarcation ? Il semble que c'était aussi périlleux ...



Jean-Christophe Pucek 01/10/2010 20:05



Tout voyage est potentiellement périlleux, que l'on soit sur un voilier ou une barque, chère Marie, et ceux de la mémoire sont peut-être les plus dangereux de tous Les vois-tu comme je les vois, Robert et Clara, à l'avant du bateau ?



Summertime 29/09/2010 00:19



Merci cher Jean-Christophe pour ce très beau billet . Quel plaisir de retrouver le Quintette op.44 que je n'avais plus écouté depuis fort longtemps ! Si je rejoins tout à fait Philippe sur le
fait qu'il préfigure Brahms (et qui s'en étonnerait ! ), j'y trouve aussi et surtout un écho de l'Andante con moto du Trio op.100 de Schubert : même tonalité , même rythme
douloureux. Il  semblerait d'ailleurs que Schumann connaissait bien les Trios de Schubert sur lesquels il avait écrit dans la Neue Zeitschrift für Musik.


Remarquable travail que celui d'Eric Le Sage et de son ensemble "non constitué" mais si talentueux !


Encore merci à vous.  ;-)



Jean-Christophe Pucek 29/09/2010 16:42



C'est moi qui vous remercie, chère Summertime, d'avoir visité ces lieux et d'avoir pris le temps d'y déposer un petit mot. Vous avez parfaitement raison de souligner la tradition schubertienne
dans laquelle s'inscrivent ces oeuvres et ce vers quoi elles conduisent, Brahms notamment. Le travail d'Eric Le Sage, même si je n'en partage pas tous les choix esthétiques (c'est un peu trop
vibré, comme je l'écris dans le billet, mais je suis certain que ce n'est pas gênant pour les auditeurs qui ne viennent pas, comme moi, de la musique ancienne), est remarquable par sa qualité
constante et l'investissement de tous les interprètes qui y participent.


Bien amicalement.



claire p. 28/09/2010 20:01



Très joli billet !... un fantastique tableau invitant à découvrir des rives nouvelles ^^ une belle histoire d'amour, romantique à souhait... et toujours un formidable travail d'analyse et
d'interprétation, étayé par de sérieuses recherches et l'amour de la musique, des musiciens et des interprètes... je suis conquise !



Jean-Christophe Pucek 28/09/2010 20:12



Whaouh, tu l'as fait, Claire ?! Un grand merci à toi d'avoir quitté un instant les terres baroques pour venir te
"perdre" en pleine tourmente romantique, j'espère que tu as apprécié ce petit dépaysement passager J'ai beaucoup bossé
sur la partie historique de ce billet, car il me reste énormément de choses à apprendre sur le XIXe siècle, mais si l'ensemble apparaît cohérent et s'il sert le remarquable travail des musiciens,
alors je suis ravi.



Présentation

  • : Passée des arts
  • Passée des arts
  • : Un parcours à travers les expressions artistiques, du Moyen-Âge à la première moitié du XXe siècle.
  • Contact

Recherche