Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 décembre 2011 3 28 /12 /décembre /2011 10:28

 

adriaen isenbrant portrait homme pesant or

Adriaen Isenbrant (actif à Bruges de 1510 à sa mort en 1551),
Homme pesant de l’or
, c.1515-20.

Huile sur bois, 50,8 x 30,5 cm, New-York, Metropolitan Museum.

 

Créée au début de cette année à la demande des lecteurs, la distinction Incontournable Passée des arts, matérialisée par le logotype ci-dessous, vise à signaler les disques que leur qualité interprétative, la rareté des répertoires qu’ils proposent, le soin accordé à leur réalisation désignent comme particulièrement remarquables. Par principe, ce blog ne vous propose de découvrir que des enregistrements que j’ai estimé, dans la limite de mes compétences et de mes capacités d’écoute, présenter toutes les garanties souhaitables de qualité et auxquels j’ai pu consacrer le temps de réflexion nécessaire.

incontournable passee des artsEn dépit d’une crise qui ne cesse de se préciser, l’année discographique 2011 a été d’une grande richesse, malgré une certaine propension au resserrement autour de répertoires connus, particulièrement dans le domaine de la musique baroque, où Bach, mais aussi Händel et Vivaldi sont plus que jamais regardés comme des placements sûrs, avec l’encombrement qui en résulte. Parmi la petite moitié des cinquante enregistrements chroniqués cette année sur Passée des arts s’étant vu attribuer un Incontournable, j’en ai, comme l’année dernière (voir ici), sélectionné douze qui m’ont semblé refléter le meilleur de ce que j’ai pu écouter, en excluant volontairement deux excellentes rééditions (Brescianello par La Cetra, Sainte Colombe par Kuijken et Savall) afin de ne confronter que des réalisations récentes. Je vous les propose ci-dessous, accompagnés, à chaque fois, d’un des extraits inclus dans la chronique originale qu’il vous est possible de lire intégralement en cliquant sur l’image de la pochette du disque concerné.

 

 

« L’interprétation offerte de ces pages inédites de Paminger par le quatuor vocal masculin Stimmwerck est splendide de bout en bout. Ceux qui ont pu se familiariser avec l’esthétique de l’ensemble allemand au fil de ses précédentes réalisations retrouveront ici son impeccable cohésion, son souci de la lisibilité polyphonique, sa capacité à apporter un indéniable souffle en même temps qu’une incroyable transparence aux musiques dont il s’empare… »

 

leonhard paminger stimmwerckLeonhard Paminger (1495-1567), Œuvres vocales sacrées. Sigismund Paminger (1539-1571), O Mensch, bewein dein Sünde groß. Stimmwerck. 1 CD Christophorus CHR 77331.

 

Extrait proposé :

Pater noster

Ce disque peut être acheté en suivant ce lien.

 

« Le soin extrême accordé aux variations de rythmes et de couleurs, l’intelligence rhétorique qui sous-tend la conduite et la relance du discours permettent à des pièces qu’un abord trop austère aurait pu rendre ennuyeuses de ne pas connaître le moindre moment de relâchement et prouvent que Bruno Boterf a pris tout le temps nécessaire pour mûrir sa vision, très loin du culte de l’effet facile et de la superficialité dans lequel certains s’embourbent. »

 

claude le jeune dix pseaumes de david ludus modalis bruno bClaude Le Jeune (c.1530-1600), Dix Pseaumes de David. Ludus Modalis, Bruno Boterf, ténor & direction. 1 CD Ramée RAM 1005.

 

Extrait proposé :

Chantez à Dieu chanson nouvelle, psaume 96

Ce disque peut être acheté en suivant ce lien.

 

« Les nombreuses difficultés de restitution induites par l’ancienneté des répertoires abordés dans ce disque nécessitent des interprètes qui sachent faire montre d’autant de rigueur que de liberté. La Scola Metensis en s’appuyant sur ces qualités et bien d’autres, parvient à faire des Chants des Trois Évêchés autre chose qu’un parcours documentaire ou muséal, une véritable expérience musicale pleine de vie et d’émotion qui conjugue parfaitement érudition et plaisir. »

 

chant des trois eveches scola metensis marie reine demollieChants des Trois Évêchés, chants sacrés de la Lorraine médiévale. Scola Metensis. Marie-Reine Demollière, chant & direction. 1 CD Ligia Digital Lidi 0202224-11.

 

Extrait proposé :

Attribué à Léon IX (1002-1054), Gloria in excelsis, Hymne
(Tropaire-Prosaire, Metz, ms. 452 & Fragments d’Einsiedeln, ms. 366)

Ce disque peut être acheté en suivant ce lien.

 

« L’interprétation que donne Michel Corboz (…) est plus que convaincante : bouleversante. (…) pétrie de ferveur et d’humilité, [elle] m’apparaît comme profondément, intimement sentie et sincère, un de ces moments rares et particulièrement émouvants, que traversent parfois les ineffables lueurs de l’adieu, où un musicien d’exception nous laisse entrevoir quelques reflets de son âme. »

 

charles gounod requiem ut majeur messe chorale sol mineur mCharles Gounod (1818-1893), Requiem en ut majeur (transcription pour quintette à cordes, harpe, chœur et orgue d’Henri Büsser), Messe chorale sur l’intonation de la liturgie catholique en sol mineur. Charlotte Müller-Perrier, soprano, Valérie Bonnard, alto, Christophe Einhorn, ténor, Christian Immler, basse. Ensemble Vocal et Instrumental de Lausanne. Michel Corboz, direction. 1 CD Mirare MIR 129.

 

Extrait proposé :

Requiem en ut majeur : Agnus Dei

Ce disque peut être acheté en suivant ce lien.

 

« C’est en ancrant son propos dans cette parfaite compréhension du contexte dans lequel l’œuvre a été conçue, cette guerre de Trente Ans dont le cortège d’horreurs, rappelons-le, a remis la méditation sur la mort au centre des préoccupations quotidiennes, que cette version de Vox Luminis, comme, à mon avis, aucune autre avant elle, s’impose, avec une rayonnante humilité, par l’intelligence de son propos et son élévation spirituelle. »

 

heinrich schutz musikalische exequien vox luminis lionel meHeinrich Schütz (1585-1672), Musicalische Exequien, SWV 279-281. Motets Herr nun lässest Du deinen Diener in Friede Fahren, SWV 432 & 433, Ich bin der Auferstehung, SWV 464, Das ist ja gewißlich wahr, SWV 277. Martin Luther (1483-1546), Mit Fried und Freud ich fahr dahin. Samuel Scheidt (1587-1654), Wir glauben all an einen Gott. Vox Luminis. Lionel Meunier, basse & direction. 1 CD Ricercar RIC 311.

 

Extrait proposé :

Musicalische Exequien : Concert in Form einer teutschen Begräbnis-Missa, SWV 279 :
Nacket bin ich
jusqu’à Herr Gott, heiliger Geist

Ce disque peut être acheté en suivant ce lien.

 

« (…) Cette anthologie construite et interprétée avec autant d’intelligence que de subtilité propose une plongée à la fois exigeante et très émouvante dans l’univers d’un vieil homme qui avait sans nul doute la conviction d’avoir été le témoin privilégié et d’être l’ultime dépositaire d’un âge d’or (…). Ce n’est pas la moindre qualité de Bertrand Cuiller d’avoir réussi, par la seule force de la conviction et de l’humilité qui nourrissent son talent, à donner chair et à faire danser, rire ou soupirer les fantômes rieurs ou pensifs qui hantent ces pages. »

 

mr thomas tomkins his lessons of worthe byrd bull tallis beMr Tomkins his Lessons of Worthe, pièces pour clavier de William Byrd (c.1539/40-1623), John Bull (c.1562-1628), Thomas Tomkins (1572-1656) et Thomas Tallis (c.1505-1585). Bertrand Cuiller, clavecins. 1 CD Mirare MIR 137.

 

Extraits proposés :

William Byrd : Pavan Sir William Petre

Ce disque peut être acheté en suivant ce lien.

 

« Après l’écoute de ces deux disques en tous points généreux, c’est l’enthousiasme et l’admiration qui sont au rendez-vous (…) Parmi les points communs aux deux ensembles, on soulignera l’exigence dont ils font preuve, l’exécution de chaque morceau étant soignée jusque dans les moindres détails, ainsi que l’humilité mais aussi l’inventivité dans la façon dont ils abordent cette musique, sans appuyer le trait ni surenchérir en ornements, simplement en accordant suffisamment de confiance au compositeur pour le suivre par les chemins qu’il propose tout en instillant assez de variété pour retenir l’attention de l’auditeur. »

 

johannes ciconia opera omnia diabolus in musica la morraJohannes Ciconia (c.1370-1412), Opera omnia (intégrale de l’œuvre). Diabolus in Musica, Antoine Guerber, direction (musique sacrée). La Morra, Corina Marti & Michal Gondko, direction (musique profane). 2 CD Ricercar RIC 316.

 

Extrait proposé :

Gloria spiritus et alme [n°6]
Diabolus in Musica : Estelle Nadeau, Aïno Lund-Lavoipierre, sopranos, Guillermo Perez, organetto

Ce coffret peut être acheté en suivant ce lien.

 

« Chaque détail, chaque intention de l’oratorio sont amoureusement scrutés et rendus (…), avec un naturel qui ne peut découler que d’une fréquentation assidue et informée de l’œuvre, une sensibilité révélatrice des affinités qui se sont tissées entre elle et [les] interprètes, ainsi qu’une intelligence permettant de prévenir tout débordement, y compris quand le compositeur force sur les effets. Tout est ici d’une spontanéité et d’une fraîcheur indéniables, tout sonne juste dans cette fresque brossée avec tant de finesse et de passion que l’on ne peut que s’incliner devant une réalisation qui fera sans doute date. »

 

michelangelo falvetti il diluvio universale cappella mediteMichelangelo Falvetti (1642-1692), Il Diluvio Universale. Cappella Mediterranea, Chœur de Chambre de Namur, Leonardo García Alarcón, direction. 1 CD Ambronay Éditions AMY 026.

 

Extrait proposé :

« Il Gran Dio di pietà »
Mariana Flores, soprano (Rad), Fernando Guimarães, ténor (Noé)

Ce disque peut être acheté en suivant ce lien.

 

« Il me semble que les interprètes ont saisi avec beaucoup d’acuité toute l’ambiguïté de la musique de Hyacinthe Jadin, sa double dynamique faite d’ombres incessantes qui déstabilisent même les mouvements les plus solidement ancrés, en apparence, dans le mode majeur, entrecoupée de silences et de ruptures, mais pleine aussi de la fougue et de l’enthousiasme d’un jeune homme de dix-neuf ans. »

 

hyacinthe jadin quatuors opus 1 quatuor franz josephHyacinthe Jadin (1776-1800), Quatuors à cordes, opus 1. Quatuor Franz Joseph. 1 CD ATMA Classique ACD2 2610.

 

Extrait proposé :

Quatuor opus 1 n°1 en si bémol majeur :
[IV] Finale. Allegro

Ce disque peut être acheté en suivant ce lien.

 

« Il faut louer Jean-François Heisser d’être parvenu à rassembler et à galvaniser ces énergies pour en tirer le meilleur. Souple, racée, intelligente en diable, sa direction possède une vertu qui éclate dès les premières secondes du disque pour ne plus jamais le quitter : la sincérité. Il est évident, à mes yeux, que le chef a su faire preuve de suffisamment de modestie pour prendre les œuvres de Dubois au sérieux et de force de conviction pour les porter à exprimer ce qu’elles ont de meilleur. »

 

theodore dubois fantaisie stuck suite concertante heisser cThéodore Dubois (1837-1924), Fantaisie-Stück pour violoncelle et orchestre, Suite concertante pour violoncelle, piano et orchestre, Concerto capriccioso pour piano et orchestre, In memoriam mortuorum, chant élégiaque, Andante cantabile pour violoncelle et orchestre. Marc Coppey, violoncelle, Orchestre Poitou-Charentes, Jean-François Heisser, piano & direction. 1 CD Mirare MIR 141.

 

Extrait proposé :

Suite concertante pour violoncelle, piano et orchestre :
[III] Larghetto

Ce disque peut être acheté en suivant ce lien.

 

« En musicienne généreuse et subtile, Amandine Beyer nous fait présent d’une interprétation à la fois solidement architecturée et sans cesse frémissante, et ce n’est pas faire injure aux interprètes l’ayant précédée d’estimer que c’est à l’aune de ses Sonates et Partitas pour violon seul que l’on mesurera dorénavant toutes celles qui viendront après elle. »

 

johann sebastian bach sonates & partitas violon seul amandiJohann Sebastian Bach (1685-1750), Sonates & partitas pour violon seul BWV 1001-1006, Johann Georg Pisendel (1687-1755), Sonate pour violon seul en la mineur. Amandine Beyer, violon baroque. 2 CD Zig-Zag Territoires ZZT 110902.

 

Extrait proposé :

Johann Sebastian Bach, Sonate pour violon seul en la mineur BWV 1003 :
[IV] Allegro

Ce double disque peut être acheté en suivant ce lien.

 

« L’intégralité de cette réalisation, par l’intelligence de ses choix interprétatifs et esthétiques, s’impose comme une superbe réussite qui, en conjuguant profondeur, bonheur de jouer ensemble, humilité des artistes, luthier y compris, face à leur travail, laisse dans l’âme une véritable sensation d’harmonie lumineuse qui ne se rencontre pas souvent dans les disques de musique de chambre. »

 

AGO001 Nascita del violoncello les basses reunies bruno cocLa Nascita del Violoncello, œuvres de Giovanni Battista Vitali (1632-1692), Giovanni Battista Degli Antoni (1660-après 1696), Domenico Gabrielli (1659-1690) et Giuseppe Jacchini (1667-1727). Les Basses Réunies, Bruno Cocset, violoncelles & direction. 1 CD agOgique AGO001.

 

Extrait proposé :

Giovanni Battista Degli Antoni, Ricercara ottava
Ténor de violon a la bastarda, orgue

Ce disque peut être acheté en suivant ce lien.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Christophe Pucek - dans Gemmes
commenter cet article

commentaires

Marie 17/04/2012 16:03


Aussi loin qu'on aille, on emporte toujours sa vie avec soi et quand il est possible de l'accompagner en musique ce n'est que bonheur, grâce à toi (et W. Byrd aussi ...)

Jean-Christophe Pucek 17/04/2012 16:32



Je vois parfaitement à quel disque de cette sélection tu fais allusion, très chère Marie, et avoue que, comme l'indique son titre, les musiques qu'il contient valent le détour



cubillas 11/04/2012 22:02


Hans Memling.


 Vous avez donc dû visiter la Chapelle Royale de Grenade...

Jean-Christophe Pucek 12/04/2012 07:34



Non, Cubillas, je n'ai jamais visité la Chapelle Royale de Grenade, mais j'ai passé deux ans de ma vie en compagnie de Hans Memling.



Hacène 06/01/2012 22:41


Peinture flamande du XVe siècle ? Sais-tu que j'étais à Bruges il y a à peine un an, pour les derniers jours de 2010 ? L'occasion se
présentant, je suis allé voir l'exposition "de Van Eyck à Dürer". Je ne l'ai pas appréciée en connaisseur, et même, hélas, il m'a été difficile de pleinement l'apprécier tant il y avait de monde,
m'enfin j'en garde un bon souvenir malgré tout.

Jean-Christophe Pucek 07/01/2012 07:21



Oui, j'ai étudié le plus flamand des peintres allemands, un certain Hans Memling, dont tu as dû croiser le souvenir de nombreuses fois à Bruges Pour l'anecdote, j'ai découvert cette ville quelques semaines avant toi, au tout début du mois de décembre, sous la neige, et
j'ai vu également (durant 3 ou 4 heures) l'exposition De Van Eyck à Dürer dont je suis ressorti plein de bonheur, avant de connaître un autre pic de ravissement le lendemain à Bruxelles
à l'occasion de l'exposition consacrée à Cranach. Nous aurions presque pu nous croiser sans le savoir.



Hacène 03/01/2012 19:21


Les extraits des Chants des Trois Evêchés m'ont particulièrement ravi. Nulle hésitation, donc. La prochaine acquisistion sera celle-là. Au casque, en fermant les yeux, sans doute parmi
ce qui se fait de mieux pour cotoyer des sphères éthérées, qu'il faut quitter, hélas, mais jamais tout à fait et toujours temporairement.


Une petite question, en raison de la qualité des illustrations que tu choisis. Ton domaine de prédilection, est-ce la musique vraiment plus que la peinture ?


Belle soirée et merci.

Jean-Christophe Pucek 05/01/2012 07:46



Tu verras qu'avec le « vrai » disque - sur le blog, le son est, par nécessité, compressé au format mp3 - la sensation d'envolée dont tu parles est encore plus nette, Hacène. Ce disque, qui a été
laissé de côté par la presse dite « spécialisée » (elle mérite de moins en moins son nom) parce que « trop pointu » (lire « parce que personne ne veut faire l'effort de se documenter pour en
parler correctement »), est une des meilleures réalisations de l'année 2011 dans le domaine de la musique médiévale et une des plus aventureuses, car elle se penche sur un répertoire que presque
personne n'explore, du fait de sa complexité : deux bonnes raisons pour l'aimer.


Pour répondre à ta question, je suis tenté de te dire qu'à mes yeux, musique et peinture sont une seule et même chose. J'étudie la première en autodidacte depuis un peu plus de vingt ans, la
seconde correspond à une partie de ma formation universitaire (je suis officiellement spécialisé en peinture flamande du XVe siècle), mais je ne peux écouter de musique sans penser
peinture/sculpture comme je fais mes visites de musée en musique (virtuellement) car chaque oeuvre vue me ramène vers des notes.


Voilà, tu sais tout Très belle journée à toi et merci pour ton commentaire.



Marie 01/01/2012 17:20


Dis moi que c'est Jadin ... raté ?

Jean-Christophe Pucek 01/01/2012 17:25



J'aime énormément le disque Jadin, mais non, ce n'est pas lui



Présentation

  • : Passée des arts
  • Passée des arts
  • : Un parcours à travers les expressions artistiques, du Moyen-Âge à la première moitié du XXe siècle.
  • Contact

Recherche