Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 16:04

 


 

01 Festival Ambronay Falvetti Nabucco Garcia Alarcon Cappel

On savait depuis environ une année que Leonardo García Alarcón travaillait, après le succès tant public que critique rencontré par la recréation d’Il Diluvio universale, œuvre d’un compositeur d’origine calabraise ayant fait toute sa carrière en Sicile et jusqu’alors complètement inconnu, Michelangelo Falvetti (1642-1692), à la résurrection d’un autre de ses Dialogues, daté de 1683, dont l’édition critique a été réalisée par les musicologues Fabrizio Longo et Nicoló Maccavino. C’est donc avec ce Nabucco fraîchement restitué que s’est ouverte, le 14 septembre 2012, la 33e édition du Festival d’Ambronay.

 

« Le roi Nabuchodonosor fit une statue d'or, dont la hauteur était de soixante coudées et la largeur de six coudées; il la dressa dans la plaine de Dura, dans la province de Babylone. (…) Un héraut cria d'une voix forte : “ Voici ce qu'on vous fait savoir, à vous, peuples, nations et langues. Au moment où vous entendrez le son de la trompette, du chalumeau, de la cithare, de la sambuque, du psaltérion, de la cornemuse et de toutes sortes d'instruments, vous vous prosternerez pour adorer la statue d'or que le roi Nabuchodonosor a dressée. Quiconque ne se prosternera pas et n'adorera pas la statue sera jeté à l'instant au milieu de la fournaise de feu ardent. ” » (Livre de Daniel, III, 1 et 4-6)

Le librettiste Vincenzo Giattini (1630-1697), auquel on doit aussi le livret d’Il Diluvio universale, a trouvé l’argument de Nabucco dans l’Ancien Testament, plus précisément dans les deuxième et troisième chapitres du Livre de Daniel. Le roi Nabuchodonosor voit en rêve une statue et en conçoit un grand trouble ; il ordonne d’en façonner une à son image, toute d’or, devant laquelle les nations devront se prosterner. Son fol orgueil lui vaut la réprobation du prophète Daniel et les moqueries de trois jeunes gens, Ananias, Azarias et Misaël, que leur foi interdit d’adorer une telle idole. Après les avoir menacés en vain, le monarque furieux les condamne être jetés vifs dans une fournaise pour avoir osé braver ses édits. Le brasier ne les consume cependant pas, car Dieu les protège et l’œuvre se termine en action de grâces pour rappeler que les puissants ne sont que de quatre jours et que l’innocence est la plus forte, car elle plaît au Ciel qui l’élève au-dessus de tout.

Sur ce texte à l’évidente portée morale, Falvetti trousse une musique pleine d’inventivité et d’une subtilité probablement supérieure à celle d’Il Diluvio universale, dont elle délaisse le caractère spectaculaire au profit de plus de concentration et d’intimité. On savait que le compositeur possédait des talents de dramaturge certains et qu’il connaissait son métier au point de pouvoir écrire dans une infinie variété de styles ; jamais, peut-être, autant que dans Nabucco son talent de coloriste n’aura été aussi évident et les premières minutes du prologue qui décrivent le fleuve Euphrate en ouvrant l’oratorio dans un scintillement de cordes pincées bientôt rejointes par l’orchestre sont le prélude le plus inoubliable qu’il m’ait été donné d’entendre dans une œuvre du XVIIe siècle. Tout au long de l’heure et quart de musique qui va suivre vont se succéder, entre autres, airs sur basse continue ou concertants, épisodes fugués ou en style récitatif, Falvetti ayant recours à toutes les ressources de son art pour bâtir une partition kaléidoscopique que ne vient affaiblir aucun temps mort.

 

02 Festival Ambronay Falvetti Nabucco Garcia Alarcon CappelLe succès éclatant d’Il Diluvio universale faisait évidemment attendre beaucoup de ce Nabucco et le moins que l’on puisse dire c’est qu’en dehors de quelques points plus discutables, le pari lancé par Leonardo García Alarcón et ses valeureuses troupes de la Cappella Mediterranea et du Chœur de chambre de Namur a été tenu, et haut la main. En dehors des qualités individuelles sur lesquelles je vais revenir, les éléments majeurs de cette nouvelle réussite me semblent à chercher d’une part dans un formidable collectif qui, à force de jouer ensemble, n’a cessé d’affûter sa cohésion et ses réflexes, ce qui lui permet de répondre instantanément aux exigences de son chef, et d’autre part dans la solidité du travail préparatoire de réflexion et de mise en place que ce dernier a effectué, en s’appuyant autant sur le travail des deux musicologues ayant édité la partition, dont un, Fabrizio Longo, tenait d’ailleurs une des parties de violon lors du concert, que sur son amour évident pour ce répertoire. La distribution vocale de cette première était globalement de très bon niveau. Du côté des hommes, se sont particulièrement distingués Fernando Guimarães, solaire et conquérant, qui a campé un Nabucco parfaitement crédible dans son rôle de despote ivre de lui-même et Alejandro Meerapfel, Daniel plein de noble hauteur, tandis que, du côté des dames, Mariana Flores, toute tendresse et finesse, s’est notamment illustrée par l’émotion qu’elle a su délivrer dans l’air d’Azaria, et Caroline Weynants a incarné une Anania pleine de fraîcheur et de charme. Sans démériter, la prestation de Magdalena Padilla Osvaldes, dont la voix manque légèrement de projection, en Misaele a semblé un peu en retrait de celle de ses deux compagnes, tout comme celle de Matteo Bellotto et de Capucine Keller sans doute un peu gênés par des rôles purement allégoriques, respectivement de l’Euphrate et de l’Orgueil, n’exigeant pas une forte implication dramatique. La seule véritable réserve concernera Fabián Schofrin, qui n’a malheureusement pu faire montre ici de l’abattage et de l’humour qu’il avait su déployer dans son rôle de la Mort dans Il Diluvio Universale, et qui faisaient oublier ses fragilités vocales ; elles apparaissent ici assez cruellement à nu, en dépit de l’énergie dépensée pour habiter son personnage d’Arioco. Le Chœur de chambre de Namur a été fidèle à l’excellente réputation qui est la sienne en se montrant irréprochable de tenue, de réactivité et de souplesse et la Capella Mediterranea s’est transformée en véritable palette sonore, pleine de moirures quelquefois incroyables, particulièrement du côté des cordes pincées, et d’une grande sensualité de texture. Je demeure en revanche, à titre personnel, assez dubitatif quant à l’emploi d’instruments issus des traditions arménienne et turco-persane dans une telle œuvre, et pas seulement pour des raisons historiques ; il me semble, tout simplement, que le mélange des timbres ne se fait pas toujours très naturellement et j’ai ainsi été désolé d’entendre le flux naturel de la scène du sommeil de Nabucco ou de l’air final d’Anania perturbé par les nasillements d’un duduk assez malvenu. C’est assurément affaire de goût, mais il me semble que même si la musique de Falvetti use d’harmonies orientalisantes pour évoquer, à des fins pittoresques, la cité de Babylone, elle se suffit à elle-même et que l’intention n’a pas besoin d’être surlignée pour produire son effet. Ces vétilles n’assombrissent néanmoins en rien l’impression globale laissée par ce concert de très haute volée, mené de main de maître par un Leonardo García Alarcón sûr de ses moyens et d’une générosité absolue qui a réussi à électriser ses musiciens et à faire chavirer le public qui a réservé à la troupe une longue ovation, pleinement méritée.

 

Il semble que Nabucco soit, hélas, le seul Dialogue de Falvetti, avec Il Diluvio universale, dont la musique ait été intégralement préservée, ce qui signifierait que la belle aventure de la redécouverte de ce compositeur par la Cappella Mediterranea soit donc appelée à s’arrêter là, alors que l’on rêvait que nous soient rendus un jour La Giuditta (1680) ou Il Trionfo dell’anima (1685). Saluons donc avec reconnaissance le courage du Festival d’Ambronay et le talent de Leonardo García Alarcón qui ont permis, pour le grand plaisir des amateurs, de lever un coin du voile sur un pan méconnu de l’histoire de la musique et que l’on suivra très volontiers sur les nouveaux chemins de découverte qu’ils voudront bien ouvrir pour nous.

 

NB : ce concert sera retransmis sur France Musique le 29 septembre 2012 à 19h30, ainsi que sur Mezzo et la RTBF.

 

festival ambronay 33e édition 14 09 au 07 10 2012Festival d’Ambronay, 14 septembre 2012

 

Michelangelo Falvetti (1642-1692), Nabucco, Dialogue à 6 voix sur un livret de Vincenzo Giattini (1683)

 

Fernando Guimarães, ténor (Nabucco), Alejandro Meerapfel, basse (le prophète Daniel), Fabián Schofrin, contre-ténor (Arioco), Caroline Weynants, soprano (Anania), Mariana Flores, soprano (Azaria, Idolatria), Magdalena Padilla Osvaldes, soprano (Misaele), Matteo Bellotto, basse (le fleuve Euphrate), Capucine Keller, soprano (Superbia)

Cappella Mediterranea
Keyvan Chemirani, percussions, Kasif Demiröz, ney, Juan Lopez de Ullibarri, duduk, kaval, saqueboute alto, galoubet, chalumeau basse

Chœur de chambre de Namur

Leonardo García Alarcón, direction

 

Extrait proposé :

À 3 : A chi regge gl'elementi 
Anania,  Azaria, Misaele

Tutti (final) : Mortale, è più che vero

 

Enregistrement en direct, 14 septembre 2012

 

Photographies du concert © Bertrand Pichène/CCR Ambronay, utilisées avec autorisation.

 

Je remercie tout particulièrement Véronique Furlan (Accent Tonique), les équipes, permanentes et bénévoles, du Festival d’Ambronay, ainsi que la Cappella Mediterranea et France Musique pour la mise à disposition de l'extrait musical.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Christophe Pucek - dans Sur le motif
commenter cet article

commentaires

Henri-Pierre 19/09/2012 18:13

Je partage avec toi cette prévention contre certains mélanges de genres au prétexte de "dépoussiérer" ou "actualiser", etc. Tu sais bien, au risque de paraître mysonéiste, que rien ne me hérisse
plus que les opéras mis en scène de façon "moderne" ou de ce faux onirisme de pacotille qui ne satisfait que les metters en scène ; ajoutes-y que je rêve de voir des tragédies toutes en diérèses et
scantion... Laissons l'innovation à la création et respectons l'esprit de l'héritage culturel... Ceci dit ce dudik, écouté furtivement m'a séduit dans son contexte arménien. J'y reviendrai

Jean-Christophe Pucek 20/09/2012 08:10



J'avoue que, sur ce point comme sur d'autres, je suis un pragmatique plus qu'un théoricien et, dans le cas précis de cette œuvre, force est de constater qu'à mes yeux, car je connais aussi des
gens qui ont été séduits, l'introduction de ce type d'instruments ne donne pas toujours un heureux résultat. Je pense que le répertoire oriental (au sens large) est suffisamment vaste pour que
duduk, ney et autres ouds y trouvent un terrain d'expression favorable.



Sophie 19/09/2012 12:44


Grand merci de votre réponse Je suis confuse que Falvetti et le lien qui y mène dans ce billet m'aient doublement échappé. Je vais aller lire la chronique de septembre dernier.


A très bientôt.

Jean-Christophe Pucek 19/09/2012 13:03



Ne soyez pas confuse, Sophie, l'essentiel est que cette musique soit, à un moment ou à un autre, parvenue jusqu'à vous.


Je vous fais signe dès que j'ai de plus amples informations sur un éventuel DVD. A très vite et merci pour votre fidélité.



Sophie Wauquier 19/09/2012 10:56


Bonjour Jean-Christophe


Je découvre Falvetti tout d'un seul coup grâce à vous ...Waowww !!! ainsi que ce jeune chef plein d'humour et de talent. Enthousiasme et joie integrales. J'ai couru sur Internet où j'ai vu que le
disque du Diluvio existait. Mais le concert diffusé par mezzo est saucissonné sur Daily Motion. Savez-vous si un DVD est en préparation, ou s'il y a un moyen de se procurer ce film ? MERCI
encore.


Bonne journée. Sophie


 

Jean-Christophe Pucek 19/09/2012 12:18



Bonjour Sophie,


Ma chronique d'Il Diluvio universale (retenu également comme un des disques incontournables de l'année 2011) vous avait a priori échappé, vous en trouverez, si vous le
souhaitez, le lien au début de cette chronique. Je n'ai pas eu vent d'un éventuel DVD du concert, mais je vais me renseigner auprès d'Ambronay pour savoir si un tel projet est envisagé, peut-être
couplé avec Nabucco, qui a également été immortalisé pour le disque et l'image. Je ne manquerai pas de vous tenir au courant.


Merci pour votre commentaire et belle journée à vous.



Clairette 19/09/2012 10:23


Un grand bravo pour ta chronique et ton éclairage toujours si pertinent. Je garde un souvenir émerveillé de ce moment riche d'émotions. L'implication, l'enthousiasme et le plaisir évidents du
chef et de ses musiciens et chanteurs étaient particulièrement communicatifs. Gentillesse et générosité étaient aussi au programme.

Jean-Christophe Pucek 19/09/2012 12:10



Je suis absolument d'accord avec toi, Clairette, et c'est d'ailleurs d'autant plus admirable que cet enthousiasme communicatif cache un travail de fond conséquent que l'on ne perçoit pourtant
jamais de façon pesante. J'ai hâte de pouvoir réécouter intégralement ce Nabucco pour découvrir tout ce qui m'a sans doute échappé lors de la première.


Merci pour ton commentaire



Marie 18/09/2012 19:56


Tout comme Cyrille j'ai eu cette chance ... et l'envie renforcée d'écouter la retransmission le 29. Je salue ta performance réactive, les ondes se propagent.

Jean-Christophe Pucek 19/09/2012 08:10



Ça a été de la haute voltige hier autour de cette chronique, chère Marie, mais je pense qu'elle a maintenant sa forme définitive. Merci pour les bonnes ondes de ta fidélité



Présentation

  • : Passée des arts
  • Passée des arts
  • : Un parcours à travers les expressions artistiques, du Moyen-Âge à la première moitié du XXe siècle.
  • Contact

Recherche