Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 11:14

 

Bach, sources, affluents, estuaires – 5

 

La chronique précédente est disponible ici.



johann dietrich findorff sur la riviere trave lübeck

Johann Dietrich Findorff (Lauenburg, 1722-Ludwigslust, 1772),
Sur la rivière Trave à Lübeck
, sans date

Huile sur toile, 54,5 x 77,5 cm, Schwerin, Staatliches Museum
(cliché © BPK Berlin/Gabriele Bröcker)

 

Nous voici en vue de l’estuaire après un périple que, je l’espère, vous vous serez plu à effectuer autant que j'en ai eu à vous le proposer. Cette série de billets avait débuté, il y a presque 15 jours, avec des musiques festives de Bach et de certains de ses modèles, issus ou non de sa lignée ; elle s’achève aujourd’hui sur des œuvres de Johann Ludwig Bach, un parent éloigné de Johann Sebastian, et d’élèves du Cantor de Leipzig Johann Gottlieb Goldberg et Johann Ludwig Krebs, mises à l’honneur par le toujours curieux Florian Heyerick.

 

La sagesse veut que l’on reconnaisse l’arbre à ses fruits. Bach en fut prodigue mais, dans le même temps, sa vaste ramure a jeté une ombre si dense autour d’elle que nombre de ses contemporains et disciples peinent aujourd’hui à en émerger ; le cas de ses propres enfants, qui furent aussi ses premiers et peut-être ses plus brillants élèves, est éloquent, puisque l’aîné et très aimé Wilhelm Friedemann paya d’une carrière à demi réussie son incapacité à s’émanciper, tandis que Carl Philipp Emanuel et Johann Christian, chacun en cultivant un style qui rompait avec l’héritage paternel, non seulement connurent le succès, mais marquèrent durablement leur époque. Pour ceux qui bénéficièrent de l’enseignement de Bach sans être de sa famille, la situation est encore plus délicate ; hors des mélomanes s’étant plus particulièrement attardés sur eux, qui connaît aujourd’hui, en effet, les pourtant talentueux Johann Gottfried Müthel ou Gottfried August Homilius ? Le nom de Johann Gottlieb Goldberg, né à Danzig en 1727, s’est, lui, maintenu dans les mémoires presque par accident et pour de mauvaises raisons, car il est associé aux fameuses Variations que Bach aurait composées afin de bercer les insomnies du comte Hermann Karl von Keyserlingk et que le jeune musicien, âgé de 14 ans à la publication de l’œuvre et dont la virtuosité était éclatante et reconnue comme telle, aurait été tenu de lui jouer régulièrement et nuitamment. Cette légende, que rien ne corrobore et que dément même l’absence de dédicace de la partition, cache l’intérêt que peut présenter le legs musical de Goldberg, hélas fort mince puisqu’il mourut de la tuberculose en 1756 à Dresde, âgé seulement de 29 ans. Les deux cantates proposées dans ce disque, seules contributions du musicien à ce genre écrites probablement vers 1742, durant sa période d’apprentissage à Leipzig, se ressentent de l’influence de Bach, particulièrement dans l’écriture pleine de brio contrapuntique des chœurs, mais avouent également, dans les quelques airs solistes qu’elles contiennent, un penchant pour les charmes du style « galant ».

« In diesem großen Bach sey nur ein einziger Krebs gefangen worden » (Dans cette grande rivière, on n’a attrapé qu’une seule écrevisse) : c’est ainsi que ses camarades raillaient gentiment Johann Ludwig Krebs, né à Buttelstedt, à côté de Weimar, en 1713, élève de Bach de 1726 à 1737 et tenu par ses contemporains comme un des meilleurs de tous. Les liens entre les deux hommes durent être réellement profonds car, durant toute sa carrière, Krebs ne s’éloigna jamais beaucoup de Leipzig, occupant successivement un poste d’organiste – il était un virtuose reconnu de cet instrument – à Zwickau (1737-43), Zeitz (1743-55) et finalement Altenburg, où il servit de 1755 à sa mort, en 1780, non sans avoir postulé en vain à la succession de son maître au cantorat de Leipzig. Si sa musique profane, sauf erreur largement inédite aujourd’hui, atteste de sa perméabilité aux avancées stylistiques de son époque, lavées néanmoins d’une grande partie de leur frivolité, ses œuvres sacrées s’ancrent fortement dans la science du contrepoint et de la polyphonie héritées de Bach, comme le montre le très concentré Magnificat allemand enregistré sur ce disque.

florian heyerickJohann Ludwig appartient à une branche éloignée de celle de la famille Bach dont est issu Johann Sebastian, mais ce dernier jugea les œuvres de son parent suffisamment intéressantes pour être reprises à Leipzig, une révérence qui leur a permis d’être transmises jusqu’à nous. Après avoir été formé à Thal, près d’Eisenach, où il naquit en 1677, auprès de son père organiste et complété ses études à Gotha, Johann Ludwig entra à la chapelle de Meiningen, cité où il fit toute sa carrière, en qualité de simple musicien en 1699, puis se haussa jusqu’aux fonctions de cantor en 1703 et enfin de maître de chapelle en 1711, poste qu’il conserva jusqu’à sa mort, en 1731. Il est probablement un des membres de la vaste tribu des Bach « parallèles » les mieux traités par le disque, puisque son impressionnante Trauermusik de 1724, musique funèbre composée à la mémoire de son employeur, le duc Ernst Ludwig de Saxe-Meiningen, a déjà été enregistrée deux fois (il faut connaître la très belle version dirigée par Hans-Christoph Rademann chez Harmonia Mundi) et la majorité de ses motets et cantates a également été révélée au public. La Missa brevis sur Allein Gott in der Höh’ sei Ehr (version allemande du Gloria) offre la particularité, après un bref Kyrie en mi mineur, de présenter un Gloria en sol majeur dans lequel se mêlent textes latin et allemand, ce dernier chanté en cantus firmus par le second soprano. Encore marquée par des alternances nettes entre voix et instruments qui lui donnent un parfum archaïsant, cette messe sait aussi faire place à des traits italianisants plus modernes.

Ceux qui suivent la carrière de Florian Heyerick (photographie ci-dessus) ne seront pas surpris de le retrouver dans ce répertoire du baroque tardif qu’il connaît bien et sert toujours avec un plaisir évident. Celui de l’auditeur n’est cependant pas complet, malgré le caractère passionnant du programme proposé. Les réserves que l’on fera sur cette réalisation ne tiennent ni à l’intérêt des œuvres, qui offrent un tableau intéressant de la production jouée à Leipzig, ou qui aurait pu l’être, hors de celle de Bach, ni à leurs interprètes. Les cantates de Goldberg, à la fois élégantes et sérieuses, sont fort bien troussées et bien chantées par un quatuor de solistes dans lequel brillent particulièrement Sophie Karthäuser et Stephan Van Dyck, la Missa de Johann Ludwig Bach, déjà enregistrée par Hermann Max (belle version, Capriccio, 2002), sans être révolutionnaire, est une partition dont la ferveur simple et le caractère plutôt souriant du Gloria sont parfaitement restitués, avec un petit chœur d’enfants pour chanter le cantus firmus Allein Gott in der Höh’ sei Ehr qui, s’il ne se justifie pas forcément d’un point de vue musicologique, permet de bien entendre le texte allemand et apporte une incontestable fraîcheur, le Magnificat allemand de Krebs constituant probablement, pour sa part, la meilleure surprise de cette anthologie avec sa rigueur adoucie d’une pointe de fantaisie fort bien comprise et traduite par les interprètes. Les ensembles instrumental et choral formant Ex Tempore se distinguent par une grande probité et une belle cohésion, ainsi que par une sobriété dans les effets parfaitement en adéquation avec le répertoire proposé. Il est, en revanche, dommage que la prise de son des cantates de Goldberg, de 9 ans antérieure à celle des autres œuvres, soit noyée dans une espèce de brume réverbérée qui donne certes une idée de la façon dont cette musique peut sonner dans une église, mais en gomme les contrastes et en estompe les couleurs. Enfin, s’il ne fait aucun doute que Florian Heyerick possède une connaissance et une intelligence très aiguisées de ces musiques dont il sait transmettre les émotions de façon convaincante, on aimerait aussi que sa baguette en fasse parfois saillir un peu plus les contrastes. C’est donc sur un disque inégal mais dans lequel tout amateur de musique allemande du XVIIIe siècle trouvera à apprendre autant qu’à goûter que nous quittons pour un temps les rives de cette grande rivière nommée Bach, en sachant déjà que nos pas, l’année prochaine, ne manqueront pas de nous y reconduire.

 

johann ludwig bach goldberg krebs cantates magnificat missaJohann Ludwig Bach (1677-1731), Missa brevis super cantilena Allein Gott in der Höh’ sei Ehr. Johann Gottlieb Goldberg (1727-1756), Durch die herzliche Barmherzigkeit et Hilf, Herr ! die Heiligen haben abgenommen, cantates. Johann Ludwig Krebs (1713-1780), Meine Seele erhebt den Herrn (Magnificat allemand)

 

Sophie Karthäuser, soprano, Marianne Vliegen, alto, Stephan Van Dyck, ténor, Lieven Termont, baryton
Ex Tempore
Florian Heyerick, direction

 

1 CD [durée totale : 61’42”] Ricercar RIC 317. Ce disque peut être acheté en suivant ce lien.

 

Extraits proposés :

1. J.G. Goldberg, Durch die herzliche Barmherzigkeit : Aria (soprano) : « Dunkle Wolken, weicht, verschwindet »

2. J.L. Bach, Missa brevis : Gloria : Domine Fili unigenite (cantus firmus : O Jesu Christ, Sohn eingeborn)

3. J.G. Goldberg : Hilf, Herr ! die Heiligen haben abgenommen : Coro (final) : « Du, Herr, wollest sie bewahren »

 

Un extrait de chaque plage du disque peut être écouté ci-dessous grâce à Qobuz.com :

 

La photographie de Florian Heyerick appartient à Outhere.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Christophe Pucek - dans Gemmes
commenter cet article

commentaires

Jeanne Orient 25/11/2012 15:18


Cher Jean-Christophe,


C'est avec beaucoup d'émotion que j'ai fait cette traversée magniqfique que vous nous avez offert. J'ai "rencontré" Bach...celui de Sources, Affluents et Estuaires. Je n'ai pas envie que
cela s'arrête. Je sais bien sûr que d'autres traversées, différentes nous attendent. Mais je n'arrive pas à me défaire de ce cascadement somptueux que vous nous avez fait partager. Nous avons
tant appris...égoïstement heureux, l'idée du temps, du travail que cela a dû vous prendre nous effleure bien sûr mais vite balayée par "cette eau précieuse". Pardon et merci. Grand
merci

Jean-Christophe Pucek 26/11/2012 07:38



Chère Jeanne,


La musique de Bach est un sujet immense sur lequel on pourrait demeurer des mois durant sans jamais l'épuiser, tant il réserve de surprises et de perspectives au fur et à mesure que l'on
progresse dans sa connaissance. Même si j'avoue que l'accueil fait à cette série m'a parfois laissé un peu perplexe, j'ai pris un grand plaisir à la composer et à la proposer qui m'a largement
fait oublier la somme de travail qu'elle représente. Je vous remercie de l'avoir suivie avec autant de constance et d'avoir pris le temps de déposer sur cet ultime billet un commentaire comme une
pierre de faîte (et de fête aussi).


Mille bonnes pensées accompagnent votre journée.



Marie 20/11/2012 19:47


Tu pardonneras ma réflexion extérieure à propos du classique, dans le sens où Bach est un compositeur classifié "classique" générique pour les non-initiés. Ce qui m'est venu à l'esprit à propos
des sources, ruisseaux et estuaire, c'est la tirade des nez. Je sais ton indulgence à mon égard, je ne voudrais pas abuser. Ce fut une belle série, même si les vocaux sont moins captivants, alors
que je ne comprend pas un seul mot, ça tu le sais aussi !

Jean-Christophe Pucek 21/11/2012 14:31



Pourtant, ce n'est ni un cap, ni une péninsule, et ce monument se visite à toute heure, très chère Marie C'est dommage
que tu trouves les morceaux vocaux moins captivants, car les cantates de Bach, tout de même, quelle aventure là aussi. Et si tu souhaites en savoir plus sur ce qu'elles racontent, les traductions
se trouvent assez aisément sur Internet 



Présentation

  • : Passée des arts
  • Passée des arts
  • : Un parcours à travers les expressions artistiques, du Moyen-Âge à la première moitié du XXe siècle.
  • Contact

Recherche