Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 15:23

 

la reveuse 23 06 2011 gerard proust

La Rêveuse, 23 juin 2011. Photographie de Gérard Proust.

 

Le Festival de la Grange de Meslay-Fêtes musicales en Touraine, créé en 1964 à l’initiative du pianiste Sviatoslav Richter constitue un rendez-vous goûté des mélomanes qui célèbre, dans une ambiance de bienveillance teintée de distance typique du public local, ce que l’on appelait, il y a quarante ans, la « grande musique », majoritairement, donc, les œuvres célèbres des XIXe et XXe siècles. Le concert de l’ensemble La Rêveuse, qui s’est déroulé dans la soirée du 23 juin 2011, se situait doublement en marge des habitudes de cette manifestation, non seulement par son heureuse délocalisation vers la merveilleuse acoustique du réfectoire partiellement roman du Prieuré de Saint-Cosme, mais surtout par l’ancrage de son programme dans la musique française du Grand Siècle.

La première partie du concert était dévolue à Sébastien de Brossard (1655-1730), dont les amateurs de musique baroque connaissent hélas généralement plus, aujourd’hui, le rôle déterminant qu’il joua dans la préservation de larges pans du répertoire que les œuvres qu’il composa.  Pourtant, ses facultés d’assimilation des principaux idiomes musicaux de son temps, italien, germanique et français, font de celui qui échoua systématiquement à s’installer à Paris et dut se résoudre à faire sa carrière à Strasbourg (1687-1698) puis à Meaux (1698-1715), un compositeur passionnant. L’Oratorio sopra l’Immaculata Conceptione Della B. Vergine et le Dialogus Pœnitentis Animæ cum Deo, respectivement de la période de Meaux et de la fin de celle de Strasbourg, montrent à quel point le musicien a su comprendre et digérer l’exemple de ses prédécesseurs, Giacomo Carissimi (1605-1674) pour l’Oratorio, Henry du Mont (1610-1684) pour le Dialogus, tout en étant extrêmement attentif aux tendances plus « modernes » de son temps, particulièrement le souci accordé à la théâtralisation des affects exprimés par les textes. Reprenant une partie du programme de son récent enregistrement dans une distribution presque similaire, La Rêveuse confirme sur scène l’excellence de sa prestation discographique et ses affinités avec la musique de Brossard. Dès la Sonatina qui ouvre l’Oratorio, le ton juste est trouvé, celui du divertissement spirituel propre à charmer autant qu’à édifier, à la fois théâtre et prière, exact reflet des tableaux religieux produits à la même époque, ceux de Jean Jouvenet ou d’Antoine Coypel. Mobilisant instantanément leurs ressources et les déployant avec toujours plus de conviction au fil des minutes, chanteurs et instrumentistes exaltent les contrastes marqués voulus par le compositeur dans l’Oratorio, de la tendre prière en duo « Sordes ablue » dans laquelle s’équilibrent parfaitement les tempéraments, l’un méditatif, l’autre plus ardent, d’Eugénie Warnier et d’Isabelle Druet, à l’exaltation du trio « Victor retunde », où Vincent Bouchot se joint très efficacement aux deux chanteuses, ou au chœur d’Adam et des Ancêtres, parcouru de douloureuses dissonances rendues avec une maîtrise certaine par Jeffrey Thompson, Benoît Arnould et Vincent Bouchot. Le Dialogus est, par sa structure même, moins spectaculaire, puisqu’il ne mobilise que deux chanteurs, mais Isabelle Druet et Jeffrey Thompson parviennent à incarner si pleinement, l’une une Âme pénitente pleine de l’ambiguïté des Madeleine baroques dont la repentance se tient sur le fil ténu qui sépare la contrition de l’extase, l’autre un Dieu dispensant avec beaucoup de justesse distance et douceur, que l’on n’a pas un instant l’impression d’entendre de sèches allégories mais bien deux êtres de chair et de sang qui se séduisent et s’enflamment mutuellement, cette sensation culminant dans le dialogue « O Pater mi ! O dilecta anima ! Veni, veni » dont le caractère haletant prend ici une dimension sensuelle presque érotique totalement en situation.

Marc-Antoine Charpentier (1643-1704) est, réutilisation du Prélude en Rondeau de son Te Deum comme indicatif de l’Eurovision oblige, mieux connu du public que Brossard, à qui il souffla d’ailleurs, en 1698, le poste de maître de musique de la Sainte-Chapelle. Compositeur prolifique de ces Histoires sacrées dont il avait appris la science à Rome auprès de Carissimi, son Mors Saülis et Jonathæ, composé au début des années 1680 pour les Jésuites, précède de quelques années sa tragédie biblique David & Jonathas (H.490), représentée au Collège Louis-le-Grand le 28 février 1688. Traversée d’échos guerriers, d’apparitions prophétiques, de sang versé, l’œuvre est assez sombre et fortement dramatique, scandée par des chœurs qui lui confèrent un indéniable caractère solennel, par instants presque terrible. Pour sa première incursion dans la musique de Charpentier, le moins que l’on puisse dire est que La Rêveuse enthousiasme sans guère de réserves. Même si l’effectif de huit solistes demandé par le compositeur n’a pu être respecté, les cinq chanteurs s’acquittent parfaitement de leurs rôles (doublés, donc, pour certains d’entre eux). Vincent Bouchot, s’il se montre peut-être un rien plus convaincant dans les imprécations de Samuel que dans les pleurs de David, incarne ces deux personnages aux caractères éloignés l’un de l’autre avec beaucoup de vaillance et de justesse, Benoît Arnould est un Saül bien chantant, mais la palme revient incontestablement à Jeffrey Thompson, dont la Maga (la pythonisse interrogée par Saül) est un véritable feu d’artifice d’affects contrastés, délivré avec un abattage vocal et théâtral stupéfiant et un jeu très fin sur les registres tragique et comique. Les chœurs, réunissant les cinq solistes, sont interprétés de façon à la fois homogène et dynamique, assumant parfaitement leur double fonction de commentaire et de relance de l’action. Il faut, enfin, saluer tout particulièrement la prestation des instrumentistes, dont la concentration, la maîtrise et la passion tout au long du concert font plaisir à voir, qu’il s’agisse des violons souples et bien timbrés de Stéphan Dudermel et Olivier Briand, des claviers tenus avec l’inventivité et la rigueur qu’on leur connaît par Bertrand Cuiller au clavecin et Emmanuel Mandrin à l’orgue, ou de la basse de viole chaleureuse de Florence Bolton et du soutien impeccable du théorbe de Benjamin Perrot, qui, tous deux, assurent la direction de l’ensemble avec autant de précision que de discrétion, ainsi qu’un sens très sûr des exigences comme des beautés de ces musiques du Grand Siècle.

 

Ce concert sonne donc comme la confirmation des qualités de l’ensemble La Rêveuse qui poursuit, depuis maintenant quelques années, l’exploration de pans méconnus du répertoire baroque avec un bonheur sans cesse croissant et un courage dont d’aucuns seraient bien avisés de s’inspirer. Compte tenu des faiblesses des quelques versions discographiques de Mors Saülis et Jonathæ existantes et du niveau de cette prestation, on espère vivement que la valeureuse équipe réunie à Tours ce soir du 23 juin 2011 aura l’opportunité de l’enregistrer dans un futur pas trop lointain.

 

Sébastien de Brossard (1655-1730), Oratorio sopra l’Immaculata Conceptione Della B. Vergine (SdB.56), Dialogus Pœnitentis Animæ cum Deo (SdB.55).

Marc-Antoine Charpentier (1643-1704), Mors Saülis et Jonathæ, H. 403.

 

La Rêveuse :

Eugénie Warnier, dessus. Isabelle Druet, bas-dessus. Jeffrey Thompson, haute-contre. Vincent Bouchot, taille, Benoît Arnould, basse.
Stéphan Dudermel & Olivier Briand, violons. Bertrand Cuiller, clavecin. Emmanuel Mandrin, orgue.
Florence Bolton, basse de viole & direction.
Benjamin Perrot, théorbe & direction.

 

Accompagnement musical :

Sébastien de Brossard :

Oratorio sopra l’Immaculata Conceptione Della B. Vergine :
1. Sonatina
2. Trio : « Victor retunde Tartarum »
Eugénie Warnier, Isabelle Druet, Vincent Bouchot

Dialogus Pœnitentis Animæ cum Deo :

3. « O quas blanditias ! »
Chantal Santon Jeffery, Jeffrey Thompson

 

sebastien de brossard oratorios leandro la reveuse1 CD Mirare MIR 125, Incontournable Passée des arts, chronique complète disponible ici. Ce disque peut être acheté en suivant ce lien.

 

Je remercie chaleureusement Aline Pôté et Gérard Proust de m’avoir autorisé à utiliser une des photographies prises durant le concert.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Christophe Pucek - dans Sur le motif
commenter cet article

commentaires

Catherine-BC 26/07/2011 22:40



Oui, j'y suis allée, Jean-Christophe, et du plaisir, il y en eût, légèrement altéré par la distance qui me séparait des musiciens et rendait les sons "réverbérants". Je ne saurais pourtant le
transcrire aussi savamment que vous. En tout cas, je peux dire que ce billet, que j'ai relu avant le concert, aura décuplé ce plaisir autant par les connaissances qu'il distille que par son
enthousiasme honnête et juste.


Comme l'ensemble La Rêveuse donnait plusieurs concerts, j'avoue m'être laissée davantage emmenée dans les circonvolutions complexes et raffinées des phrases de violes de Ste Colombe ou Marin
Marais. Je viens de lire votre dernier article (bravo !) ... le programme était semble-t-il identique quoiqu'il y eût un clavecin en plus, mais quelle merveilleuse musique !



Jean-Christophe Pucek 27/07/2011 08:41



Je suis très heureux, Catherine, que ce modeste billet ait pu correspondre d'aussi près aux sensations que vous avez éprouvées durant le concert auquel vous avez eu la chance d'assister, malgré
les aléas de l'acoustique (un élément toujours imprévisible). Je suis de plus en plus persuadé que Mirare devrait permettre à La Rêveuse d'enregistrer ce Mors Saülis et Jonathae de
Charpentier dont la discographie est tellement sinistrée; je pense que les mélomanes lui en seraient reconnaissants.


L'ensemble excelle également dans la musique de chambre (si vous ne connaissez pas leur CD consacré à Buxtehude et Reinken, paru chez Mirare en 2008, je vous le recommande chaleureusement) et
j'espère qu'il aura, dans des temps point trop lointains, la possibilité de défendre plus amplement ce répertoire qui lui va si bien, et en particulier la musique française qui regorge de beautés
et où il reste tant à découvrir.


Merci pour votre commentaire et, je l'espère, à très bientôt.



Henri-Pierre 02/07/2011 15:12



Bel exercice des diverses émotions à de multiples niveaux que peut procurer l'écoute attentive et sensible d'un concert.
Bravo.



Jean-Christophe Pucek 04/07/2011 07:57



Je te remercie, cher Henri-Pierre. Rendre compte d'un concert est décidément un exercice difficile, et j'espère que ces quelques lignes auront apporté à celles et ceux qui n'ont pas eu la chance
d'y assister quelques échos pas trop déformés de ce très beau moment de musique.



Gala Ringger 01/07/2011 11:28



Voilà un billet qui mélange habilement les différents niveaux de lectures. Il n'est ni un pamphlet, ni hagiographique, ce qui est très louable car il est si facile de tomber dans l'une ou l'autre
des ornières...


Beaucoup de références à l'Histoire, mais aussi une écoute, qui sait ensuite être transformée dans un discours, mais toujours appuyé par une expérience sensible.


L'exemple du Dialogus me semble particulièrement éloquent et juste!


Je n'ai pas encore écouté intégralement ce disque, mais ce sera pour le semaine prochaine... je me réjouis.


Merci, encore une fois pour votre investissement dans ces chroniques, qui sont précieuses!



Jean-Christophe Pucek 02/07/2011 08:09



Merci beaucoup pour votre appréciation, chère Gala, il est important pour moi de savoir si le but que je me fixe avec ce type de chronique, pour moi inhabituel, est atteint et si mes pauvres
lignes (les mots semblent toujours si courts face à la musique) parviennent à transmettre quelque chose de la magie de l'instant, tellement insaisissable par nature.


J'espère que vous prendrez beaucoup de plaisir à l'écoute du disque Brossard de La Rêveuse (je suis intéressé par vos impressions d'écoute, si vous avez la possibilité et l'envie de m'en faire
part) et je vous remercie infiniment d'avoir pris de votre temps, que je sais chichement compté en ce moment, pour laisser un commentaire ici.



Marie-Reine Demollière 30/06/2011 22:47



La photo prise en pleine actio remplace le tableau habituel soigneusement choisi, quoique le résultat soit finalement très “pictural”… Votre nouvelle
rubrique a tous les “motifs” de nous enchanter, d’autant que ce billet inaugural vient compléter votre récente chronique sur le disque de l’ensemble que vous suivez ainsi au concert. Pour nous,
le plaisir est sans mélange car vous trouvez à nous en apprendre encore sur le “fond” tout en nous transmettant vos impressions et vos émotions d’auditeur “sur le vif”. Nous direz-vous quel est
l’ “exercice” le plus exigeant pour vous ?



Jean-Christophe Pucek 01/07/2011 08:16



Grand merci pour votre appréciation, Marie-Reine, il est vraiment important pour moi de savoir si ce billet parvient à transmettre quelque chose du concert, même si ce n'est qu'un faible écho, et
si je peux poursuivre dans cette voie (je n'oublie pas Musica Humana, qui mûrit en parallèle). L'exercice est assez complexe pour qui s'y frotte pour la première fois, car s'ajoute à la
difficulté d'écrire sur la musique celle de transmettre la magie de l'instant, deux choses volatiles par essence. Avec un disque, les choses sont un peu différentes : on peut toujours le
réécouter, tandis qu'ici on travaille avec son souvenir pour unique filet. Il me reste encore beaucoup à apprendre, mais je m'y suis attelé avec coeur avec pour tenter de servir toujours mieux,
avec les moyens qui sont les miens, le travail des musiciens.


Très belle journée, que j'accompagne de fidèles et amicales pensées.



clairette 29/06/2011 11:44



J'applaudis des deux mains bien sûr pour cette nouvelle chronique, ce billet, ce concert et cet ensemble que l'on sera de plus en plus nombreux à apprécier, j'en suis sure !  Bravo pour ce compte rendu soigné, rigoureux, musicalement et historiquement informé comme tu en as le secret...



Jean-Christophe Pucek 30/06/2011 17:49



Merci beaucoup de t'être manifestée sur ce billet, Clairette, tu sais à quel point il est important d'avoir des retours lorsqu'on se lance dans quelque chose de nouveau. Je suis convaincu, moi
aussi, que La Rêveuse, si elle continue dans la voie d'excellence qu'elle a choisie (et il n'y a aucune raison pour que ça change), a de très belles années devant elle. Comme toi, j'en fais ici
le voeu et compte bien y employer l'énergie nécessaire



Présentation

  • : Passée des arts
  • Passée des arts
  • : Un parcours à travers les expressions artistiques, du Moyen-Âge à la première moitié du XXe siècle.
  • Contact

Recherche