Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 octobre 2009 7 11 /10 /octobre /2009 16:16


Jean Honoré FRAGONARD (Grasse, 1732-Paris, 1806),
Portrait de Monsieur de la Bretèche (La Musique), 1769.
Huile sur toile, Paris, Musée du Louvre.

 

Il est des jours où l’amateur de musique est heureux. Un bonheur que ne traverse pas même l’ombre d’un nuage. L’année 2009 qui est entrée dans sa dernière ligne droite était, paraît-il, celle où l’on célébrait le bicentenaire de la mort d’un des compositeurs les mieux doués et les plus inventifs de la seconde moitié du XVIIIe siècle, Joseph Haydn. Pour son malheur, mais aussi celui de Purcell et d’une poignée d’autres, les organisateurs de concerts et les producteurs de disques ont décidé de gaver les mélomanes de Haendel jusqu’à ce qu’écœurement s’ensuive, ce qui, pour ma part, est chose faite, un comble s’agissant d’un compositeur pour lequel j’ai toujours eu du goût. Mais le disque dont je vais vous parler effacerait presque à lui seul une année de frustrations passée à espérer en vain, à quelques exceptions près (cliquez ici et ), des parutions discographiques majeures consacrées au maître d’Eszterhaza.

 

Le programme concocté par le Freiburger Barockorchester, définitivement, à mon sens, un des meilleurs ensembles « historiquement informés » actuellement en activité, que vient de publier Harmonia Mundi dans le cadre d’une édition Haydn, dont le volume réduit (14 titres, dont une majorité de rééditions) est heureusement compensé par une présentation soignée et une qualité constante, est d’une grande intelligence. Il permet, en effet, de balayer un assez large spectre de la carrière du compositeur, une œuvre de ses premières années au service de la famille Esterházy, le Concerto pour violon en ut majeur (Hob.VIIa.1) sans doute écrit avant 1765, y côtoyant la Symphonie en fa mineur (Hob.I.49, dite « La Passione ») de 1768, œuvre expérimentale comme toutes celles de la période Sturm und Drang de Haydn, et la Symphonie en ré mineur (Hob.I.80), probablement de 1784, qui annonce le cycle à venir des Symphonies parisiennes (1785-1786).

L’anthologie qui résulte de ce choix se signale donc par une grande variété des climats particulièrement intéressante pour comprendre l’évolution du compositeur. Le concerto, écrit pour Luigi Tomasini (1741-1808), premier violon de l’orchestre des Esterházy, regarde encore vers les productions du baroque tardif, autrichien comme italien, par son emploi de la forme ritournelle ou des rythmes pointés (premier mouvement), mais son adagio central, d’une grande poésie, possède une véritable épaisseur émotionnelle qui fait oublier ce que l’œuvre pourrait avoir d’éventuellement convenu.

Changement total de ton avec la Symphonie en fa mineur, une des partitions les plus sombres de toute la production de Haydn dans le genre, âpre, tourmentée, débutant par un long Adagio (11 minutes avec les reprises), oppressant, ponctué d’éclats tragiques parfois à la limite du cri, qui s’enchaîne à un Allegro di molto aux syncopes violentes, aussi orageux et menaçant que le mouvement précédent pouvait sembler abattu. Vient ensuite un Menuet qui, tout à sa peine, ne danse guère, puis l’unique touche de lumière de la symphonie, le Trio en fa majeur, rafraîchissant dans un tel contexte. Mais revoici, pour finir, la tempête et fa mineur, Presto en bourrasques échevelées dont la tension, jusqu’à la dernière note, ne laisse aucun répit à l’auditeur. Qui ne connaît pas cette œuvre, une des plus impressionnantes de tout le courant appelé, faute de mieux, Sturm und Drang, aura du mal à mesurer non seulement l’avance prise par Haydn sur tous ses contemporains dans le genre symphonique, mais aussi la dette que lui doit le Romantisme à venir.

Nouveau virage avec la Symphonie en ré mineur, oscillant sans cesse entre modes mineur et majeur, tension et détente, parfaitement représentative de la faculté de Haydn à se jouer des attentes de l’auditeur, de sa propension à chercher à le surprendre et à le déstabiliser. Ca commence dès le premier mouvement, qui débute avec emportement (et d’une façon, pour le coup, très romantique de ton qui m’a fait instantanément penser à la Gorge aux Loups du Freischütz de Weber) puis s’assouplit pour faire place à une sorte de valse (pizzicati de cordes et flûtes aériennes), avant de replonger dans le drame, de sourire de nouveau, de replonger, etc., pris dans une sorte d’alternance perpétuelle entre humeurs opposées pleine d’un humour finement narquois. Vous pensiez que l’Adagio en si bémol majeur qui suit allait stabiliser le discours ? Que nenni, sa séduction mélodique ne l’empêche nullement d’avoir le pouls fiévreux et d’offrir une plongée dans le mode mineur aux trois-quarts du mouvement qui en assombrit nettement l’atmosphère. Le Menuet et son Trio, ainsi que le Presto final, ce dernier pourtant animé d’une indiscutable fougue, jouent la même carte de l’instabilité, de la surprise, du double-jeu. Cette symphonie apporte une preuve supplémentaires qu’Haydn est sans doute un des compositeurs les plus insaisissables de son temps, ce qui explique largement, à mon sens, le peu d’égards que lui accorde notre époque plus soucieuse de consommer rapidement que de prendre le temps de s’arrêter pour comprendre et savourer.

À ceux qui douteraient – et il me semble que leur nombre grandit à vue d’œil – que l’on peut, avec des instruments « anciens » joués (presque) sans vibrato, donner ce qu’il faut de chair et de poids à une interprétation, la prestation du Freiburger Barockorchester, dirigé du violon par Gottfried von der Goltz, apportera un impeccable démenti. Il faudrait pouvoir interroger les artistes sur le plaisir qu’ils ont éprouvé lors de cet enregistrement, mais je suis certain qu’il était intense, tant ils parviennent à transmettre à l’auditeur leur bonheur d’interpréter cette musique. Tout, dans ce disque, est pesé et pensé avec justesse, mis en place avec un goût et une sensibilité très sûrs, puis formidablement dynamisé par une véritable – on pourrait dire gourmande – envie de servir les œuvres. C’est vif sans jamais être précipité, léger sans jamais être famélique, émouvant sans aucun empâtement. Les couleurs instrumentales sont à la fois franches et fruitées, le choix des tempos particulièrement judicieux, la cohésion et la réactivité de l’orchestre exemplaires. La musique respire avec un naturel absolument confondant, tour à tour facétieuse, désespérée, lumineuse, tendre, mais toujours conduite avec cette intelligence à la fois ferme et souriante du discours sans laquelle Haydn ne serait plus vraiment lui-même. Au-delà même des qualités, tant individuelles que collectives, dont font preuve les musiciens tout au long de cet enregistrement, c’est une impression assez fascinante d’évidence qui s’en dégage et que des écoutes répétées n’entament pas, la conviction que cette musique a été pensée pour sonner ainsi et non autrement, ce qui, quand on y réfléchit bien, n’est pas si fréquent.

 

Voici donc un disque à ne manquer sous aucun prétexte, une des parutions essentielles consacrées cette année à Haydn, et, plus globalement, un des meilleurs disques qu’il m’ait été donné d’écouter en 2009 pour ce qui est de la musique de la période classique. Le marché du disque étant ce qu’il est, il est fort peu probable qu’il connaisse une suite, mais je donnerais beaucoup pour entendre le Freiburger Barockorchester dans des pages peu ou mal servies au disque comme la Symphonie en la majeur « Tempora mutantur » (Hob.I.64), une des plus singulières de Haydn, ou les Hob.I.79 et 81, contemporaines de celle en ré mineur enregistrée ici.

 

Joseph HAYDN (1732-1809), Concerto pour violon et cordes en ut majeur [n°1], Hob.VIIa.1. Symphonie en fa mineur, « La Passione », Hob.I.49. Symphonie en ré mineur, Hob.I.80.

 

Freiburger Barockorchester.
Gottfried von der Goltz, violon solo & direction.

 

1 CD Harmonia Mundi « Haydn Edition » HMX 2962029 [Durée totale : 69’19”]. Ce CD peut être acheté en cliquant ici.

 

Extraits proposés :

1. Symphonie en ré mineur, Hob.I.80 :
[I.] Allegro spiritoso.

2. Concerto pour violon et cordes en ut majeur, Hob.VIIa.1 :
[II] Adagio (en fa majeur)

3. Symphonie en fa mineur, « La Passione », Hob.I.49 :
[II] Allegro di molto

 

Illustrations du billet :

François DUMONT, dit l’Aîné (Lunéville, 1751-Paris, 1831), Portrait du violoniste Marie Alexandre Guénin, 1791. Miniature sur ivoire, Paris, Musée du Louvre.

La photographie du Freiburger Barockorchester est de Peter Kauneberger.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Christophe Pucek - dans Saisons Haydn
commenter cet article

commentaires

Jean-Christophe 27/10/2009 20:34


Merci beaucoup pour votre commentaire, cher Piero. Je suis heureux que cette interprétation, il est vrai assez extraordinaire, du Freiburger Barockorchester vous ait convaincu. C'est, à titre
personnel, tout ce que j'attends dans la musique de Haydn (et pas que dans celle-ci d'ailleurs) : légèreté, brillant, sensibilité, intelligence et profondeur. Certaines versions accusent, du coup,
plus nettement leur âge, reflet d'un passé qui, pour être glorieux, n'en est pas moins passé. Je n'ouvrirai pas ce soir le débat sur le vibrato, mais sachez que je partage votre opinion... et pas
que sur la musique du XVIIIe siècle
Bien cordialement à vous.


Piero1809 27/10/2009 13:09


Magnifique contenu pour l'oeil, l'oreille et l'esprit. Je suis très heureux que vous parlez de la symphonie n° 80 en ré mineur, une oeuvre fascinante injustement méconnue. Ayant en mémoire
l'interprétation d'Adam Fischer et Antal Dorati, j'ai été conquis par le Freiburger Barock Orchester. Un second thème à couper le souffle et des contrastes entre ombre et lumière extraordinaires
lors du développement. Merci d'insister sur le jeu non vibrato, je suis souvent agacé par le vibrato intempestif et exagéré des violonistes dans la musique du 18ème siècle. 
Je suis vos publications avec passion et attends avec impatience la suivante..


Jean-Christophe 22/10/2009 20:03


Ton commentaire n'avait pas disparu, cher Henri-Pierre, c'est sans doute ce petit démon d'Overbug qui a dû te jouer un de ces tours dont il a le secret Le plaisir de te lire étant, grâce à ceci, multiplié, je laisse en l'état tes deux commentaires, comme toujours éclairés.


Henri-Pierre 21/10/2009 22:16


Bon, apparemment mon commentaire a disparu d'ici, alors si les miracles de la technique faisaient qu'il en apparaissait deux tu en saurais la cause.
Je disais donc que cette musique a la vivacité intelligente du Fragonard qui m'a toujours stupéfié pour donner à l'huile la vivacité légère du pastel et la dense gravité du violoniste de
Dumont.
De ce miniaturiste, dont la notoriété hélas ne déborde pas la sphère de quelques historiens de l'art ou d'amateurs éclairés, il existe une oeuvre dans le couloir des poules du Louvre représentant
Marie-antoinette vers 1790 dans un parc avec ses enfants. Emouvant dosage de tendresse et de gravité qui sied bien aussi à cette musique.


Henri-Pierre 21/10/2009 21:52


Il y a dans cette musique la vive intelligence incisive du Fragonard (qui, soit dit en passant, m'a toujours bluffé pour arriver à donner à l'huile la fluide rapidité du pastel) et la maîtrise du
violoniste de Dumont.
Tiens en parlant de ce miniaturiste hors pair et pas assez connu, il existe un délicieux portrait (couloir des poules du Louvre) représentant Marie-Antoinette et ses enfants vers 1790, plein
de tendresse et de gravité qui sied bien aussi à cette musique que tu nous proposes...


Présentation

  • : Passée des arts
  • Passée des arts
  • : Un parcours à travers les expressions artistiques, du Moyen-Âge à la première moitié du XXe siècle.
  • Contact

Recherche