Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 13:43

 

Dix-huit ans, bel âge où aux rêves de la jeunesse s’ajoutent les nouvelles possibilités qu’apporte l’arrivée de la majorité, ouvrant ainsi le temps des conquêtes. Dix-huit ans, c’est l’âge du Festival Musique et Mémoire qui, depuis 1994, fait résonner la musique baroque au cœur des paysages et des lieux patrimoniaux des Vosges Saônoises. Quelques semaines avant l’ouverture de sa nouvelle édition, qui se déroulera, durant trois week-ends, du 13 au 29 juillet 2012, Fabrice Creux, son directeur artistique, nous présente ce rendez-vous aussi singulier qu’authentique.

visuel musique et memoire edition 2012

Passée des arts : Fabrice Creux, pourriez-vous nous retracer brièvement votre parcours personnel, les raisons qui vous ont conduit à créer le Festival Musique et Mémoire et les grandes étapes de son évolution jusqu’à ce jour ?

 

Fabrice Creux : Le festival Musique et Mémoire résulte d’un double parcours. Étudiant en Histoire, j’ai suivi un cursus de formation en orgue auprès de Jean-Charles Ablitzer au conservatoire de Belfort et l’enseignement dispensé par ce grand musicien a été particulièrement décisif dans la naissance de ma passion pour la musique ancienne. La réunion de ces deux centres d’intérêt, conjuguée à l’envie de mettre en valeur le patrimoine architectural de ma région, a été déterminante dans mon désir de créer une manifestation qui les associerait étroitement.

Comme beaucoup d’aventures identiques, Musique et Mémoire a démarré modestement, mais avec une foi inébranlable et une force qui est d’avoir lié le festival à une démarche de développement local. Certes, l’argument culturel était essentiel, mais l’inscrire dans un processus plus large de valorisation d’un territoire aux richesses historiques innombrables a été un puissant vecteur d’adhésion auprès des élus locaux comme du public. la reveuse © nicolas maget musique et memoireLe festival a été marqué, dès le départ, par une série d’actes artistiques forts comme, par exemple, des Leçons de ténèbres de François Couperin données à 5 heures du matin dans une chapelle perdue dans la montagne, puis, en partant de ces premières expériences, le propos artistique s’est élaboré avec l’ouverture progressive à la musique contemporaine (politique régulière de commandes musicales) et au croisement des disciplines artistiques. Convaincu que les musiques et les expressions artistiques ne sont pas séparées (nous dirions aujourd’hui cloisonnées), ni par le temps, ni par le style, si l’on veut bien ressentir ce qu’elles ont de fondamental, le festival Musique et mémoire s’attache également à démontrer, qu’au-delà des différences stylistiques, les arts vivants ont tous des affinités de mode de fonctionnement.

Un autre élément essentiel de notre  projet a été la mise en œuvre, dès 2004, des premiers dispositifs d’accompagnement artistique permettant d’offrir à des ensembles et des artistes porteurs de démarches originales les espaces de travail, d’expérimentation et de création nécessaires tant à leur développement qu’au renouvellement des répertoires et des pratiques. En complément des résidences ponctuelles, inscrites dans la période festivalière, Musique et Mémoire a engagé deux compagnonnages artistiques avec l’Ensemble 415 de Chiara Banchini (2007-2010) et l’organiste Jean-Charles Ablitzer (depuis 2005), dispositifs qui permettent d’accompagner dans la durée des artistes d’excellence, implantés en région Franche-Comté ou non, mais porteurs de démarches fortes (productions originales, réalisations discographiques, recherches musicales, etc.) et dont l’ensemble Correspondances, dirigé par Sébastien Daucé, bénéficie depuis 2011 pour une durée de trois ans. De mon point de vue, ce dernier figure parmi les plus intéressants de la nouvelle scène baroque à la fois par sa cohérence et son identité sonore, mais aussi par l’audace de ses choix artistiques fondés sur un important travail de recherche sur le mélange des timbres et les couleurs sonores qui apportent une grande force à la musique française du XVIIe siècle.

 

P.d.A. : Les mots qui viennent le plus naturellement à l’esprit pour qualifier le festival sont ceux de fidélité, d’exigence et de convivialité, fidélité à votre région comme aux musiciens que vous invitez, exigence d’une programmation qui ne cède pas aux sirènes des modes, convivialité entre le public et les artistes auxquels maintes possibilités d’échanger sont offertes. Ces trois mots vous semblent-ils une juste définition du projet culturel, au sens large, de Musique et Mémoire ?

 

F.C. : Effectivement, ces trois mots sont particulièrement révélateurs de l’identité de Musique et Mémoire car cet événement, comme tous ceux qui s’inscrivent dans la durée, est d’abord et avant tout une aventure humaine fondée sur la rencontre, la fidélité et la confiance. Le festival s’est taillé une identité forte dans le paysage des manifestations dédiées à la musique ancienne et il demeure fortement lié au territoire, un point qui me semble fondamental. En effet, je ne crois pas qu’une telle aventure en milieu rural soit véritablement possible et puisse s’inscrire dans la durée sans un ancrage fort. En même temps, elle doit être porteuse d’une ouverture sur l’extérieur et s’inscrire totalement dans la mosaïque des cultures d’aujourd’hui. J’écrivais d’ailleurs il y a quelques années : « Pour que la réhabilitation du local ne soit pas le prétexte à un repli identitaire, il est indispensable de souligner sa capacité à être universel. C’est cette idée que défend le festival Musique et Mémoire ».

ensemble correspondances © nicolas maget musique et memoirFestival « laboratoire » porté par une haute exigence artistique, Musique et Mémoire a d’autres secrets que la seule passion pour l’objet artistique qu’il défend, et qui tiennent, pour l’essentiel, à un espace protégé et privilégié grâce auquel nous pouvons oser le risque, l’expérimental et le défrichement. Ce sont d’ailleurs ces « ingrédients » que le public vient chercher : il sait qu’à Musique et Mémoire la relation aux artistes est « directe » grâce, entre autres, à des rencontres ou à des répétitions commentées. L’exigence artistique que nous essayons de porter nécessite une véritable relation de confiance avec le public et, à cet égard, sa fidélité et sa constance sont de véritables stimulants.

P.d.A. : Un des axes forts de l’action que vous menez est d’encourager la création de nouveaux programmes, comportant souvent des œuvres rares voire inédites. Au moment où l’on assiste à une certaine uniformisation du goût au travers de la surexposition de certains genres et compositeurs – l’opéra et Vivaldi ou Händel, pour résumer -, n’est-il pas difficile de convaincre public et soutiens de la validité de ces choix, aussi courageux soient-ils ?

 

F.C. : L’ambition de créer des programmes proposant des répertoires souvent méconnus ou oubliés, qui est au cœur même du projet artistique du festival depuis sa création, éloigne forcément des modes ; elle a cependant, au fil du temps, suscité une véritable adhésion du public et continue à être un élément moteur de son attention à nos propositions. Il sait, en effet, qu’il va trouver chez nous ces propositions totalement inédites qui font le « sel » d’une programmation. Bien évidemment, le public a besoin d’être accompagné pour profiter pleinement des découvertes que nous lui offrons ; c’est la raison pour laquelle, comme nous l’avons dit auparavant, chaque projet comprend un volet d’actions culturelles permettant à chacun d’entrer dans l’atelier des musiciens.

Nous avons la chance que nos soutiens institutionnels et privés aient toujours pleinement partagé notre ambition. Là aussi, c’est le fruit d’un dialogue permanent pour expliquer nos démarches. Un travail comme celui que nous portons depuis 1994 est avant tout fondé sur des enjeux communs, notamment celui d’apporter une plus value par l’action culturelle au territoire. A ce titre, nous sommes très attachés à l’idée que le festival soit aussi le moyen de mettre en synergie les ressources locales et agisse comme un fort vecteur de lien social.

 

P.d.A. : Outre Correspondances, en résidence permanente à Musique et Mémoire pour la période 2011-2013, l’édition 2012 permettra de retrouver Il Ballo et Vox Luminis. Pourriez-vous nous expliquer les raisons qui vous ont poussé à faire confiance à ces trois ensembles et nous donner une idée des programmes qu’ils vont défendre en juillet prochain ?

 

F.C. : À la fin de l’édition 2010, j’ai ressenti le besoin impérieux de repenser le projet artistique du festival en m’appuyant sur l’ensemble des expériences accumulées depuis sa création et en revenant précisément aux répertoires fondamentaux de la musique baroque ; en effet, j’avais observé que les programmateurs délaissaient trop souvent les œuvres qui en constituent l’essence, notamment chambristes et solistes. C’est la raison pour laquelle j’ai décidé de créer pour ces musiques un espace de diffusion clairement identifié.

Sur la base d’un principe simple, que l’on pourrait résumer à la formule « trois ensembles, trois résidences créatives, trois  projets artistiques », je choisis donc des ensembles portés par un véritable esprit de troupe et démontrant une réelle capacité à défendre un projet artistique fort et singulier. la colombina © nicolas maget musique et memoireCette orientation peut sembler radicale aux yeux de certains, mais elle a au moins le mérite, à mes yeux, de montrer clairement notre engagement au service du développement des musiques anciennes. Aujourd’hui, nous sommes plus particulièrement investis dans un travail de reconnaissance et de soutien à la nouvelle scène baroque, porteuse d’une énergie créatrice exceptionnelle. Ainsi, l’édition 2012 s’articulera autour de trois jeunes ensembles choisis chacun pour ses qualités spécifiques. L’Ensemble Correspondances proposera, du 19 au 22 juillet, un parcours thématique autour des femmes fortes du Grand Siècle où il pourra démontrer une nouvelle fois les profondes affinités, soulignées par toute la critique, qu’il entretient avec le répertoire sacré français du XVIIe siècle, tandis qu’Il Ballo aura précédemment entraîné, du 13 au 16 juillet, les spectateurs dans l’Italie de la fin de la Renaissance et du premier Baroque, période foisonnante et féconde en innovations tant dans le domaine instrumental que vocal, et que Vox Luminis, récemment récompensé par un prix international pour son travail sur Schütz, clora le festival, du 26 au 29 juillet, en proposant un fascinant voyage qui mettra en lumière les liens unissant l’Allemagne et l’Italie, d’Allegri à Johann Sebastian Bach.

 

P.d.A. : Vous avez, par le passé, ouvert la programmation du Festival à des répertoires antérieurs au Baroque, notamment la musique médiévale. Envisagez-vous de renouveler ce type d’expérience en incluant, outre celui du Moyen Âge, le répertoire de la Renaissance, ou celui des périodes préclassique ou classique ?

 

F.C. : Je ne renonce absolument pas à revenir à des répertoires antérieurs ou postérieurs à l’époque baroque mais, pour autant, il me semble important de poursuivre, en l’approfondissant, l’orientation artistique actuelle. Cette démarche ne peut cependant pas s’affranchir d’une mise en perspective permanente avec l’évolution de l’histoire de la musique ; c’est une des raisons de la programmation, cet été, de l’ensemble Il Ballo qui met en lumière ce moment essentiel qu’est la transition de la Renaissance au Baroque.

Plus globalement, je ne m’interdis rien, surtout pas de faire des choix, et je suis convaincu que Musique et Mémoire a encore beaucoup de choses à apporter à la connaissance des répertoires et des pratiques de la période baroque, raison pour laquelle nous allons garder le cap actuel un certain temps encore.

P.d.A. : Des festivals ont aujourd’hui développé des partenariats avec des radios musicales qui diffusent certains de leurs concerts, d’autres ont investi dans des enregistrements discographiques permettant d’immortaliser quelques-uns de leurs programmes. De telles possibilités vous semblent-elle envisageables, dans un futur proche, pour Musique et Mémoire ? Comment envisagez-vous le développement du festival dans les années à venir ?

 

F.C. : Nous n’avons pas, à ce jour, construit de partenariats avec des radios musicales. Il est vrai que c’est un point auquel nous devrons nous intéresser de près dans les années à venir car il est indispensable pour mettre encore davantage en lumière le travail de recherche et de création suscité par Musique et Mémoire.

En revanche, même si ses publications ne reprennent pas systématiquement les programmes donnés dans le cadre du festival, nous avons souhaité créer le label discographique Musique et Mémoire productions (www.musetmemoire-prod.com), qui limite son activité éditoriale à des projets précis résultant d’un long et exigeant travail de recherche, menés par des artistes porteurs de démarches essentielles pour la connaissance des musiques anciennes et de leur pratique. concerto soave © nicolas maget musique et memoireNourrie par un travail éditorial inspiré de l’artisanat d’art, chaque disque est richement mis en scène afin de rechercher la meilleure adéquation entre la réalisation musicale et l’objet qui la porte. Nous avons actuellement publié deux enregistrements de l’organiste Jean-Charles Ablitzer qui a consacré une part importante de ses recherches récentes à la connaissance de l’œuvre d’orgue de Michael Praetorius (1572-1621) et plus généralement à la naissance de l’orgue baroque en Allemagne. Une nouvelle production est prévue pour 2013 mais il est encore prématuré d’en parler. Je peux simplement dire à ce stade qu’il s’agira d’une nouvelle collaboration avec  Jean-Charles Ablitzer.

Quant au développement du festival, il me semble essentiel que nous nous consacrions à promouvoir les ensembles de la nouvelle scène baroque en défendant avec force les programmes innovants qui naissent chaque année à Musique et Mémoire. À cet effet, nous allons, dès 2013, lancer des partenariats avec quelques festivals pour permettre une diffusion plus large de certains projets artistiques, tout en préservant le travail de fond sur le territoire régional en associant les acteurs de la musique ancienne présents en Franche-Comté, grâce, entre autres, à la présence régulière de l’ensemble Correspondances. Je ne peux qu’encourager vos lecteurs à venir découvrir dès cet été le festival Musique et Mémoire qui comblera, j’en suis certain, leur goût pour une aventure musicale et humaine placée sous le signe de l’inattendu et de l’authenticité.

 

Propos recueillis en juin 2012 par Jean-Christophe Pucek

 

La programmation complète de l’édition 2012 du festival Musique et Mémoire peut être consultée ici.

 

Accompagnement musical :

 

1. Michael Praetorius (1572-1621), Summo Parenti gloria, extrait du recueil Hymnodia Sionia (1611)

 

Jean-Charles Ablitzer, orgue Hans Scherer de Tangermünde, 1624
  

 

michael praetorius pro organico jean-charles ablitzerPro Organico, 1 CD Alpha 114. Incontournable Passée des arts. Ce disque peut être acheté en suivant ce lien.

 

2. Antoine Boësset (attribué à, 1587-1643), Magnificat

 

Ensemble Correspondances
Sébastien Daucé, virginal, orgue & direction

 

antoine boesset archange lys ensemble correspondances sebasL’Archange & le Lys, 1 CD Zig-Zag Territoires ZZT 110801. Incontournable Passée des arts (chronique ici). Ce disque peut être acheté en suivant ce lien.

 

3. Samuel Scheidt (1587-1654), Ist nicht Ephraim mein treuer Sohn (Geistliche Concerten, Halle, 1635)

 

Vox Luminis
Lionel Meunier, basse & direction

 

samuel scheidt sacrae cantiones vox luminisSacræ Cantiones, 1 CD Ricercar RIC 301. Incontournable Passée des arts (chronique ici). Ce disque peut être acheté en suivant ce lien.

 

Illustrations :

Affiche du festival Musique et Mémoire 2012 : Françoise Cordier, La Musica, pastel à l’huile sur papier, 2012

La Rêveuse, basilique Saint-Pierre de Luxeuil-les-Bains, édition 2011 © Nicolas Maget pour Musique et Mémoire

Ensemble Correspondances, basilique Saint-Pierre de Luxeuil-les-Bains, édition 2011 © Nicolas Maget pour Musique et Mémoire

La Colombina, église de Servance, édition 2010 © Nicolas Maget pour Musique et Mémoire

Concerto Soave, église de Servance, édition 2011 © Nicolas Maget pour Musique et Mémoire

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Christophe Pucek - dans Dialogues
commenter cet article

commentaires

Catherine-BC 21/06/2012 13:27


Je ne remercierai jamais assez Fabrice Creux d'avoir créé ce festival et de poursuivre ce travail sans faillir, en gardant intactes ses exigences premières. Je l'en admire d'autant plus qu'il
oeuvre dans une zone culturellement dévastée.


Je voudrais donc encourager chaudement tous les lecteurs de Passée des Arts à venir s'exiler un moment dans ces Vosges Saônoises, aux alentours de Luxeuil, pendant les trois semaines du Festival.


J'y ai pour ma part vécu de grands moments de musique. S'ils restent vifs dans ma mémoire, c'est parce qu'à Musique et Mémoire on ne va pas simplement au concert. L'écoute est préparée, la
musique se partage, elle s'inscrit en toute cohérence dans un lieu, elle est rattachée à l'univers qui l'entoure, passé et présent. Elle se goûte différemment parce qu'elle est issue d'une
rencontre.


Par exemple, j'ai souvenir d'être allée écouter l'été dernier des pièces de Sainte Colombe et de Marin Marais données par l'ensemble La Rêveuse dans une chapelle ravissante et minuscule
(Saint-Martin de Faucogney). Pour y arriver, il faut emprunter un chemin en lacet qui nous emmène, virage après virage dans des paysages de nature magnifique, longeant ici un étang, traversant là
une forêt, offrant ensuite une vue dégagée sur les collines... Au bout du trajet, la musique peut entrer par toutes les portes de nos sens.


Et vous Jean-Christophe, irez-vous ? Prévenez-moi car je serai ravie de vous y rencontrer !

Jean-Christophe Pucek 22/06/2012 07:48



J'espère moi aussi sincèrement, Catherine, que ceux des lecteurs de Passée des arts qui, directement ou grâce aux partages sur les réseaux sociaux, auront eu connaissance de cet entretien auront
envie de se rendre à Musiques et Mémoire pour y découvrir le mélange d'exigence et de convivialité qui caractérise ce festival.


Toutes les personnes ayant assisté aux concerts qui y sont proposés en reviennent avec de très beaux souvenirs, tant musicaux qu'humains et patrimoniaux, alors que je connais des manifestations
plus cotées où l'aventure se dissipe avec le dernier accord - une sorte de service minimum, en quelque sorte.


Je ne me rendrai pas, pour diverses raisons matérielles, à Musique et Mémoire (où je n'ai d'ailleurs pas été convié) cet été, mais je compte sur vous pour m'en dire quelques mots, si vous le
désirez. Quelque chose me dit que l'édition 2012 sera d'anthologie !


Un sincère merci pour votre commentaire et très belle journée.



Henri-Pierre 20/06/2012 08:13


Commencer une journée par la lecture de ce dialogue si brillamment illustré est un vrai présent que tu me fais Jean-X.
Tu as su poser à Fabrice Creux les questions qui mettent en évidence comment, un festival local s'ouvre des perspectives d'optimisme sur le devenir de la musique de qualité dans nos provinces. Je
suis extrêmement sensible à cette dimension atribuée au dialogue province-universel tant je suis convaincu de la nature fractale, immanente des oeuvres humaines lorsqu'elles sont assumées avec
intelligence,détermination et humilité.
Ici, dans ma pauvre Haute-Marne désertifiée, où pourtant les Bouchardon, Bossuet et Devienne pour ne citer qu'eux donnèrent leurs lettes de noblesse, quelques courageuses manifestations,
certaines récurrentes comme le festival de Clairvaux, ou occasionnelles comme les concerts du Château du Grand Jardin de Joinville et certaines manifestations à Wassy essaient de secouer la
torpeur d'un pays qui ne cesse de se vider et, la nature ayant horreur du vide, de se repeupler artificiellement des populations en désarroi, il faut bien éviter le délabrement des immeubles et
des maisons tombées en déshérence. Et c'est pourtant une si belle région... Que n'avons-nous un Fabrice Creux pour donner du sens et une unité à ces quelques disjecta membra des bonnes volontés,
ce sont pourtant des moments de si belle sociabilité (désolé, je n'utilise jamais le néologisme d'origine clinique "convivivialité")
L'Est de Fabrice C ne pourrait-il s'étendre un peu vers un ouest qui est toujours l'Est ? Il y a tant et tant de bonnes volontés.
Ce matin, de ma fenêtre je ne vois pas à cent mètres, mais les lumières de Michael Praetorius m'illuminent l'esprit. C'est une journée qui commence bien, merci.

Jean-Christophe Pucek 21/06/2012 18:33



Les raisons qui t'ont rendu sensible aux réponses de Fabrice Creux sont les mêmes que celles qui m'ont convaincu de lui poser ces quelques questions, mon ami. Outre l'exigence dont le directeur
artistique fait preuve, son attachement à sa terre d'origine et sa volonté de ne pas la laisser devenir un désert culturel me touchent particulièrement, car il se situe aux antipodes de
l'approche mondaine des arts, de la musique en l'occurrence, pour laquelle tu connais ma détestation.


Comment ne pas penser, effectivement, à la Haute-Marne, dont certains lieux seraient très accueillants pour la musique (imagine un instant un concert médiéval en l'église de Vignory !) et où,
malgré quelques initiatives isolées, pas grand chose ne se passe. Je suis absolument convaincu qu'il y existe pourtant des Fabrice Creux prêts à mettre leur énergie au service de la
revivification par la culture de ces campagnes qui se vident. Peut-être attendent-ils juste un encouragement pour se mettre au travail ? Je suis certain que si les bonnes volontés s'unissent, ton
département pourrait, lui aussi, connaître une telle aventure.



Marie 15/06/2012 10:25


Encore un aléa du direct (et probablement une erreur de manipulation) ...


Un nouveau dialogue qui constitue une invitation séduisante fleurant bon l’été.


En lisant ce nouveau billet, il m’est clairement apparu que les quatre éléments nécessaires à la Vie étaient présents.


Luxeuil – Lux - Lumière - Feu


Passée dont l’objectif affiché est de dépoussiérer – poussière – Terre


Voix - Chanteurs – Air


Et le sourcier au carrefour des canaux d’irrigation – Eau


Merci grand Sourcier

Jean-Christophe Pucek 21/06/2012 17:41



Je n'aurais jamais pensé que cet entretien inspirerait un commentaire aux couleurs des quatre éléments, très chère Marie, mais je suis absolument ravi que ce soit le cas, figure-toi, car je
trouve que c'est un bel hommage rendu à un festival qui le mérite bien.


Un grand merci à toi



Danièle 14/06/2012 19:25


Quel délicieux premier parfum d'été !


Les Leçons de Ténèbres dans une chapelle de montagne à 5h du matin : rien que d'y penser, j'en ai les larmes aux yeux.


En lisant cette "mise en bouche", je me disais qu'un tel festival correspondait à merveille à vos goût, Jean-Christophe, et aux besoins d'échange, de partage et d'évasion de beaucoup d'artistes.


"Heureux celui qui peut d'une aile vigoureuse


S"élancer vers les champs lumineux et sereins"


J'ai toujours aimé ce poème de Baudelaire, et, à la veille de la période estivale, il est plus que jamais au coeur de mes voeux. Par ce qu'elle transmet, la poésie a cette "capacité à être
universelle". C'est encore plus vrai pour la musique (ou la peinture) qui se passe si bien de mots.


Le CD de Scheidt s'est ajouté à ma discothèque à la lecture de votre billet, que je n'ai pas commenté au moment où je l'ai lu, mais auquel je reviendrai, ne serait-ce que pour le très émouvant
tableau de Honthorst.


En attendant, je vais aller faire un tour du côté de l'orgue de Praetorius, c'est trop tentant !


 

Jean-Christophe Pucek 21/06/2012 16:58



On m'a souvent parlé de ce festival, Danièle, mais je n'avais pas encore eu le temps de me pencher plus précisément sur lui jusqu'à ce que son directeur, en me contactant, m'en fournisse
l'occasion. Je me retrouve effectivement beaucoup, pourquoi le cacher, dans la démarche de Fabrice Creux, dans son exigence et sa volonté d'apporter la musique là où elle n'entrerait pas
forcément. Je sais que Musique et Mémoire sait fédérer un public de fidèles, j'espère qu'il parviendra encore à se développer pour atteindre de nouvelles audiences et si cet entretien a pu, à son
tout petit niveau, y contribuer, j'en suis ravi.


Le disque Scheidt de Vox Luminis est une très belle réussite, de même que celui de Jean-Charles Ablitzer, un organiste qui sait faire chanter l'orgue comme bien peu, je trouve. J'espère que vous
aurez pris plaisir à les découvrir et je vous remercie pour votre commentaire.


Bien amicalement.



Présentation

  • : Passée des arts
  • Passée des arts
  • : Un parcours à travers les expressions artistiques, du Moyen-Âge à la première moitié du XXe siècle.
  • Contact

Recherche