Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 18:04


claude gellee campagne romaine depuis tivoli soir
Claude GELLÉE, dit Le Lorrain
(Chamagne, Vosges, c.1604/05-Rome, 1682),
La Campagne romaine vue de Tivoli, soir, c.1644-46
Huile sur toile, 98,2 x 131,2 cm, Londres, The Royal Collection.
[cliquez sur l’image pour l’agrandir]

 

L’exposition « Turner et ses peintres », qui vient d’ouvrir ses portes à Paris, aux Galeries nationales du Grand Palais où elle demeurera jusqu’au 24 mai 2010, sera sans aucun doute un des événements majeurs du printemps pour les amateurs d’art. Elle offre non seulement l’occasion, ainsi qu’en attestent ses premières réactions, à une large partie du public français, souvent peu enclin à s’intéresser aux expressions artistiques d’outre-Manche, de se rendre compte de la place essentielle qu’occupe Joseph Mallord William Turner (1775-1851) dans l’histoire de la peinture occidentale, mais également, à la faveur du jeu de pistes et de miroirs qui sert de fil rouge à cette manifestation, de porter un regard neuf sur les artistes, passés ou contemporains, qui l’ont inspiré.

 

La légende raconte que Turner fondit un jour en larmes devant une toile de Claude Gellée, que la postérité désigne surtout comme Claude Le Lorrain. Si rien ne confirme cette anecdote, la conscience de la dette du peintre britannique envers son prédécesseur était si vive qu’il exigea de la National Gallery que deux de ses toiles (Didon construisant Carthage, 1815, et Soleil se levant à travers la brume, avant 1807 - cliquez sur le titre pour y accéder) qu’il lui léguait fussent accrochées entre L’embarquement de la reine de Saba et le Paysage avec le mariage d’Isaac et Rebecca (tous deux peints en 1648, cliquez sur le titre pour y accéder) de son glorieux aîné. Turner réaffirmait ainsi aux yeux de tous une filiation dont la légitimité avait pu paraître mise à mal par les tableaux à la manière plus aventureuse de sa dernière période.

claude gellee le lorrainLe parcours de Claude Gellée (portrait gravé ci-contre), né à Chamagne, petit village du diocèse de Toul, est suffisamment connu pour que l’on ne s’y arrête qu’un instant. Né dans les premières années du XVIIe siècle dans une famille très humble, il gagne Rome à l’âge de 13 ou 14 ans. À l’exception d’un séjour napolitain vers 1619-1620, où l’on pense, à mon avis avec raison si l’on considère certaines similitudes dans leur traitement de la lumière, qu’il a pu étudier auprès du peintre d’origine allemande Goffredo (Gottfried) Wals (c.1595-1638 ?, une de ses œuvres figure en tête du paragraphe suivant), et d’une tentative d’installation à Nancy en 1625-1626, il fit toute sa carrière dans la Ville éternelle, où il mourut en novembre 1682. Il y fréquenta l’atelier d’Agostino Tassi (c.1578-1644), demeuré surtout célèbre, jusqu’à un passé récent, pour avoir été accusé du viol d’Artemisia Gentileschi ; son maître lui transmit son goût pour l’architecture ainsi que son admiration pour l’œuvre de Paul Bril (c.1554-1626), un anversois installé à Rome, particulièrement expert dans l’art des paysages composés. Le succès de celui qu’on ne désignait plus que par son surnom de Lorrain fut rapidement tel qu’il se vit contraint de tenir, dès 1636, un inventaire de ses œuvres (le Liber veritatis conservé au British Museum de Londres) afin de contrer les entreprises des faussaires. A partir des années 1640, ses prix devinrent si élevés que seuls les riches amateurs pouvaient s’offrir ses toiles, mais, comme nous allons le voir, ce n’est pas forcément dans son pays que sa manière fut la plus goûtée et connut une véritable postérité.

walls chemin de campagnePour le spectateur moderne, en effet, la place éminente qu’occupent les œuvres du Lorrain dans la peinture du XVIIe siècle tient de l’évidence. Il n’en a cependant pas toujours été ainsi, particulièrement en France, où, vers la fin de sa vie, sa production était regardée avec une certaine condescendance, du fait de la position mineure, à peine plus favorable que celle de la nature morte, qu’occupait le paysage dans la hiérarchie des genres, codifiée par André Félibien (1619-1695) dans la préface de ses Conférences de l’Académie royale de peinture et de sculpture pendant l’année 1667 (Paris, Frédéric Léonard, 1669). Il n’est peut-être pas inutile de rapporter, à ce propos, le jugement de Denis Diderot dans son Salon de 1763, qui montre qu’en pleine période des Lumières, les hiérarchies du siècle précédent conservaient leur pleine emprise, y compris sur les esprits les plus éclairés : «  (…) Vernet [Claude Joseph, 1714-1789, célèbre pour ses marines] montre bien une autre tête, un autre talent que Le Lorrain, par la multitude incroyable d’actions, d’objets et de scènes particulières. L’un est un paysagiste ; l’autre un peintre d’histoire, et de la première force, dans toutes les parties de la peinture. » En Angleterre, où la subordination des arts au politique ou au religieux était, contexte historique oblige, bien moindre, un tel mépris envers les peintres paysagistes n’avait pas cours. Depuis la fin du XVIIe siècle, les collectionneurs se disputaient les tableaux du Lorrain et Joshua Reynolds, premier président de la Royal Academy of Arts, n’hésitait pas, dans ses Conférences contemporaines des Salons de Diderot, à placer les œuvres de Claude devant celles des grands spécialistes de la peinture de paysage qu’étaient les Flamands et les Hollandais. Il était donc tout naturel que les jeunes artistes désireux de s’illustrer dans le genre du paysage se trouvassent un jour confrontés au modèle absolu que constituait alors Le Lorrain, chacun avec sa réponse personnelle ; aucun autre peintre que Turner n’est allé aussi loin dans l’assimilation de son langage, qu’il a fini par dépasser en se frayant son propre chemin.

 

claude gellee campagne romaine depuis tivoli soir detContrairement à bien des œuvres du même type, qu’elles soient signées par Claude, Poussin ou d’autres, la Campagne romaine vue de Tivoli autour de laquelle j’ai brodé ces lignes ne contient aucune allusion biblique ou mythologique qui lui serve de justification ou de prétexte. En dehors des bergers qui se situent dans le léger contre-jour du premier plan (un trait habituel chez Claude) et sont à la fois une manière d’échelle de et un point d’entrée dans la scène, le propos de cette toile, exécutée pour le maître des Comptes et amateur d’art parisien Michel Passart (1611/12-1692), également commanditaire de Poussin, se résume à une contemplation sereine du paysage, qui occupe la presque totalité de l’espace pictural. Le regard du spectateur, suivant le cours d’une rivière tumultueuse, passe entre les deux à-pics pour déboucher sur une vaste étendue vallonnée et boisée, à l’horizon de laquelle on devine, noyée dans la lumière du couchant et les brumes qui montent de la terre, la silhouette du dôme de Saint-Pierre de Rome. De façon assez inhabituelle, la description du site qu’offre Claude, qui avait l’habitude de recomposer les paysages selon sa propre fantaisie en juxtaposant des éléments tirés de ses innombrables croquis, est assez fidèle à ce que l’on pourrait, aujourd’hui encore, observer de la Via Quintilio Varo, au-dessus de la ville de Tivoli, si l’on excepte, entre autres, l’exclusion du temple rond de la Sibylle qui aurait dû apparaître à l’extrême gauche de la scène. Mais ce n’est pas la précision du rendu topographique qui a retenu l’attention du peintre, mais bien les ressources poétiques, qu’il a été un des premiers à exploiter, dont peut être porteuse l’atmosphère qui baigne les dernières heures du jour, à la luminosité à la fois dense et diffuse, qui caresse et transfigure les formes sans néanmoins les dissoudre – nous sommes, ne l’oublions pas, à une période de l’histoire de l’art où le classicisme, avec ce qu’il exige de rigueur et de netteté, est dominant. Le sujet, en soi banal à l’époque, si on en juge par le nombre d’artistes, particulièrement du Nord, qui ont immortalisé les paysages des environs de Tivoli, est totalement transfiguré par la science de la lumière, utilisée à la fois comme élément de théâtralisation (par le clair-obscur) et d’unification du tableau.

Prenant le contrepied des codes de la peinture d’histoire, qui réservaient l’éclairage le plus vif au premier plan du tableau, Le Lorrain guide l’œil du spectateur vers le lointain, vers l’infini, donnant à ses paysages une immense respiration dans laquelle on peut voir une sorte de préfiguration de la notion de Sublime qui sera un des chevaux de bataille du romantisme. Turner en Angleterre, comme Caspar David Friedrich (1774-1840) en Allemagne, n’oublieront pas sa leçon.

 

Accompagnement musical :

Johannes Hieronymus KAPSBERGER (c.1580-1651), Libro quarto d’intavolatura di chitarrone (Rome, 1640) :

1. Toccata prima
2. Canzone prima

 

Rolf Lislevand, théorbe.
Guido Morini, orgue & clavecin.
Lorentz Duftschmid, violone.

 

kapsberger lislevand1 CD Astrée AS 128515. Indisponible.

 

Illustrations complémentaires :

Gottfried [Goffredo] Wals (Cologne, c.1595-Rome, 1638), Chemin de campagne près d’une maison, années 1620. Huile sur cuivre, 23,5 cm de diamètre, Fort Worth (Texas), Kimbell Art Museum [cliquez sur l’image pour l’agrandir].

Claude Gellée, dit Le Lorrain, Autoportrait, 1650. Gravure sur cuivre, Paris, Musée du Louvre.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Christophe Pucek - dans Cimaises
commenter cet article

commentaires

philippe parichot 08/03/2010 22:49


merci pour cette belle réponse et pour cette belle citation Jean-Christophe, de fait je suis où le soleil m'a surpris ;-)
bien à toi
Philippe


philippe parichot 07/03/2010 23:57


Un petit mot vespéral Jean-Christophe pour saluer ce maitre article sur un des peintres les plus importants des quarantes premières années de ma vie (tu sais que Céline disait que dans la vie le
plus dur ce sont les quarantes premières années). J'ignorais que Claude Gellée avait passé quatre ans à Naples (c'est long, plus de temps que moi et je pense connaitre la ville)
J'ai passé mon bac au lycée Claude Gellée dans l'horrible petie ville d'Epinal, et je me souviens d'être allé, seul, en voiture, dans le petit village de Chamagne, où tu es peut etre allé toi
aussi. Je cherchais quelque chose, une plaque, et je n'avais rien trouvé d'autre qu'un village ordinaire, trempé de pluie et de grisaille, dans un beau paysage de doux vallons (la vôge) mais d'une
tristesse à pleurer. Il m'est revenu alors dans l'âme l'un de ces soleils couchant de Claude Gellée qui irradient de chaleur, de bien être, d'énergie, de Sud.... et j'ai eu la réponse à ce que je
venais chercher à Chamagne, et peut être ai je eu  la sensation de comprendre quelque chose à ce peintre... Ce jour là je me suis juré de suivre ce que j'ai appelé dans le secret de mon coeur,
la voie Gellée et d'orienter ma vie dans le sens du Sud, d'aller vivre à Rome, en Italie. Ce qui fut fait.
Bien à toi


Jean-Christophe Pucek 08/03/2010 19:41


Merci pour ce mot du soir plein de toi, cher Philippe. Je ne connais pas Chamagne (ce n'est pourtant pas faute d'avoir beaucoup vadrouillé dans les Vosges), mais je crois que la municipalité a,
depuis ta visite, fait des efforts pour valoriser l'incertain patrimoine qu'est la maison natale de Claude Gellée, par ailleurs, à ce que j'ai pu voir sur les rares photographies que l'on en trouve
sur la Toile, assez fortement et pas très joliment restaurée. Vic sur Seille a fait mieux pour la préservation de la mémoire de Georges de La Tour, crois-moi.
Mais le plus important, et ce qui m'a touché dans le commentaire que tu as laissé, c'est que cette visite dans le village triste du Lorrain ait agi sur toi comme un révélateur et t'ait conduit vers
les chemins de l'Italie, dont tu parles avec tellement de passion et de justesse. Ton expérience illustre à merveille cette phrase de Marcus Porcius Latro que Quignard m'a révélée et qui ne me
quitte pas : "La pensée d'un homme s'arrête là où le soleil le surprend".
Amitiés à toi.


Ghislaine 07/03/2010 00:03


J'ai parfois du mal à me lancer quand il s'agit de peinture, tu le sais mon JC. Je dirai donc juste ceci : cette toile a quelque-chose d'à la fois simple et somptueux dans la lumière qu'elle
dégage. Elle me touche, m'émeut infiniment et me fait immédiatement penser à une autre toile, d'un autre peintre, que tu m'as permis de connaître et qui touche de façon identique ma sensibilité. Tu
vois laquelle ?
J'ai beaucoup appris en lisant tes lignes mais aussi au travers de ton échange avec HP, et c'est très enrichissant un billet qui se prolonge ainsi.
Quant à ton illustration musicale, si tu savais combien cette musique me fait vibrer ! De plus, l'interprétation est remarquable, chaque instrument est parfaitement à sa place, créant ainsi une
belle harmonie . Dommage, vraiment, que cet enregistrement ne soit plus disponible.
Je t'embrasse fort mon JC, très fort.


Jean-Christophe Pucek 07/03/2010 11:27


Je comprends que tu aies du mal à franchir le pas lorsqu'il s'agit de parler de peinture, Carssima, mais chaque fois tu le fais, c'est toujours avec finesse et sensibilité. Même quand on ne possède
pas toutes les clés - et il m'en manque beaucoup, à moi aussi - pour lire un tableau, le regard subjectif qu'on peut porter sur lui est tout aussi important que la plus pointue des analyses. Je
vois parfaitement à quelle oeuvre cette toile du Lorrain peut te faire songer, je soupçonne même sa proche apparition en ces pages
Pour ce qui est du CD Kapsberger, je déplore moi aussi sa disparition du catalogue de Naïve, qui a hérité de celui, richissime, d'Astrée. Sans doute peut-on encore le trouver d'occasion, même si je
n'en suis pas bien certain. C'était, en tout cas, un projet assez audacieux à l'époque de sa parution, où on ne parlait pas encore énormément de ce musicien prodigieusement inventif qu'est
Kapsberger.
Je suis heureux, en tout cas, qu'image et musique t'aient fait voyager et que ce modeste texte ait pu t'apprendre deux ou trois choses, et c'est avec plaisir que je te donne rendez-vous autour du
prochain billet sur la peinture.
Je t'embrasse très fort moi aussi.


myriam 04/03/2010 13:07


Quelle belle mise en bouche que vous nous apportez là cher Jean-Christophe ! C'est vrai que cette exposition s'annonce magnifique ... et que la présentation faite par télématin m'a tout de
suite fait penser à Claude Gellée, et je vous réserve d'autres surprises sur bleu de cobalt !


Jean-Christophe Pucek 04/03/2010 19:33


Il semble, si j'en crois les média, que l'exposition soit effectivement très réussie, chère Myriam, et je vais essayer, contrairement à celles de cet automne, de ne pas la louper. Je ne doute pas
un instant que vous nous réserviez de bien belles surprises sur Bleu de Cobalt autour de l'univers de Turner, et, tout en réfléchissant, de mon côté, à d'autres billets sur le même thème, je
suivrai vos écrits avec autant d'attention que de gourmandise.
Bien amicalement et bonne escapade bleue.


Henri-Pierre 03/03/2010 16:05


C'est moi qui suis désolé de la confusion de mon commentaire élaboré entre deux agitations, mais bon je vois que même bancal il a stimulé ta prose et je t'en remercie.
Oui, beaucoup à dire sur Hubert Robert, le paysage est-il prétexte où la ruine est-elle prétexte à paysage ?
Dans un paysage recomposé comme les siens, agrégats de carnets, les vérités ne sont pas la vérité, à moins que la vérité ne naisse de la manipulation des vérités...
C'est en tout cas un peintre complexe et indéchiffrable malgré l'attraction immédiate qu'exercent ses oeuvres.
Nous devrions un jour, à quatre mains, le dire.


Jean-Christophe Pucek 03/03/2010 16:15


Tu sais, mon ami, il est bien rare (je me demande même si c'est arrivé ne serait-ce qu'une fois) que tes commentaires ne me poussent pas à conduire ma réflexion vers des terres que je n'apercevais
même pas; c'est la vertu d'un échange véritable.
Un certain nombre de peintres ne travaillaient pas sur le motif, mais dans leur atelier, en recomposant librement les paysages en fonction des esquisses qu'ils rapportaient de leurs randonnées.
C'était le cas du Lorrain, d'Hubert Robert, mais aussi de Turner. Et tu as raison, il y aurait beaucoup à dire sur ce Robert que tu aimes, trop pour un seul homme (pour moi, du moins), mais ce
qu'il faut pour deux esprits et quatre mains.


Présentation

  • : Passée des arts
  • Passée des arts
  • : Un parcours à travers les expressions artistiques, du Moyen-Âge à la première moitié du XXe siècle.
  • Contact

Recherche