Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 17:27

 

domenico feti portrait de chercheur

Domenico Feti (Rome, c.1589-Venise, 1624),
Portrait d’un chercheur
, c.1620.

Huile sur toile, 98 x 73,5 cm, Dresde, Gemäldegalerie Alte Meister.

 

Dans le livret de ce qui était jusqu’à ce jour, sauf erreur de ma part, le dernier disque de l’ensemble The Rare Fruits Council, son directeur musical et violon principal, Manfredo Kraemer, décrivait sa démarche en ces termes : « (…) il nous semble pertinent de remonter à la surface, de temps à autre, quelques bonnes choses de qualité, plutôt que nous jeter dans la quête d’inédits, souvent de pacotille, ou nous cloîtrer dans la répétition ad nauseam des Quatre Saisons, des Brandebourgeois et autres sublimités classiques (…) » Grâce aux Éditions Ambronay, le voici de retour, huit longues années après cette déclaration et à la tête d’une équipe entièrement renouvelée, dans une anthologie intitulée Venezia, consacrée à trois compositeurs actifs à Venise dans les années 1670.

 

Le musicien qui a le plus retenu l’attention des interprètes modernes est, paradoxalement, le seul non-italien de ce programme, le Saxon Johann Rosenmüller (c.1619-1684, suivez ce lien pour plus de détails biographiques), qui se réfugia, après avoir fui Leipzig à la suite d’une affaire de mœurs, durant presque 30 ans sur la lagune, une période qui a suscité nombre de fantasmes mais peu de traces concrètes, si ce n’est une importante production de musique sacrée et deux recueils instrumentaux mêlant manières germanique et italienne. La vie de Giovanni Legrenzi (1626-1690) n’a, elle, certes pas la densité présomptivement romanesque de celle de son collègue allemand, mais le legs de ce Bergamasque installé à Venise dans les années 1670 après avoir servi dans sa ville natale, puis à Ferrare, et essuyé bien des vexations en se voyant écarté des postes de maître de chapelle de la cour de Vienne, puis des cathédrales de Milan et de Bologne, avant de devoir patienter presque dix ans pour obtenir celui de la basilique Saint-Marc, est important et malheureusement assez largement ignoré aujourd’hui. S’il fut un compositeur d’opéras et d’oratorios reconnu, ses six recueils d’œuvres instrumentales sont d’une importance majeure dans l’évolution notamment du genre de la sonate, leur influence se décelant jusqu’à Vivaldi et Bach. Le parcours du toscan Alessandro Stradella (1639-1682), largement formé à Rome, où il séjourna à partir de 1653, après un probable passage à Bologne, ressemble à un roman, d’ailleurs magnifiquement raconté par Philippe Beaussant dans un récit publié chez Gallimard en 1999. giovanni legrenziSa fortune familiale lui permit de se consacrer totalement à la musique (dont une large partie reste aujourd’hui à redécouvrir), domaine où il rencontra un succès rapide grâce à ses œuvres vocales, parmi les premières à établir une scission nette entre airs et récitatifs, tout en expérimentant de nouvelles formes instrumentales ; sa Sonata di viole est ainsi, à ce jour, le plus ancien exemple conservé de concerto grosso. Son goût pour les femmes le conduisit plusieurs fois à prendre la fuite, et c’est ainsi qu’il arriva à Venise en février 1677 pour la quitter quelques mois plus tard et gagner Turin, accompagné d’une de ses élèves. Il manqua d’y être assassiné par des agents du noble vénitien auquel il avait ravi son amante, un destin qui devait se réaliser quelques années plus tard à Gênes où il tomba sous les coups d’un rival jaloux.

Comme le souligne Manfredo Kraemer, avec son honnêteté coutumière, dans la partie de la notice du disque qu’il signe, on ignore si les trois hommes ont pu se connaître, mais ce qui est certain, c’est qu’ils ont, un bref moment, respiré le même air atmosphérique et surtout musical, dans ce laboratoire à ciel ouvert qu’était la Venise débordante d’inventivité du XVIIe siècle, et que chacun en a ensuite fait son miel selon sa propre complexion. La comparaison entre les œuvres de Rosenmüller et de Legrenzi, presque exactement contemporains, montre de façon assez convaincante comment deux arbres ayant grandi sous un climat similaire peuvent produire des fruits différents en fonction du sol dans lequel ils s’enracinent. Si le style du premier, tel qu’il se manifeste dans le recueil de Sonate a Stromenti da Arco e Altri (Nuremberg, 1682) exploré ici, se souvient encore très nettement des savantes élaborations contrapuntiques chères aux Canzone de la première moitié du XVIIe siècle et mêle à une sensualité toute ultramontaine une touche de sérieux indéniablement germanique, celui du second, dont les sonates proposées dans ce disque ont été extraites de La Cetra (Venise, 1673), s’il ne cède en rien sur le point de la science compositionnelle, montre une touche marquée par plus de liberté et de souplesse, une théâtralité sans doute un rien plus extériorisée et soucieuse de ses effets. Avec les Sinfonie de Stradella, datables des années 1675-78, le ton change pour se faire encore plus personnel, entraînant l’auditeur dans un parcours parfois émaillé d’errances d’allure quasi rhapsodique mais pourtant supérieurement pensé et conduit. L’importance accordée par le compositeur à la fluidité des lignes mélodiques et le soin qu’il déploie pour traduire au plus près les alternances de climats au sein des différents mouvements de chaque Sinfonia regardent déjà vers le siècle suivant.

Pour qui a suivi The Rare Fruits Council (photographie ci-dessous) depuis sa mémorable intégrale de l’Harmonia Artificioso-Ariosa de Biber (Astrée, 1996), la réussite de ce nouveau disque ne sera pas vraiment une surprise. Le fait qu’en dépit d’un long silence et d’un complet changement d’effectifs, Manfredo Kraemer qui, pour mémoire, après avoir joué aux côtés de Reinhard Goebel au sein de Musica Antiqua Köln est devenu le premier violon du Concert des Nations de Jordi Savall, ait réussi à conserver à son ensemble une véritable identité ne fait que confirmer tout le bien que l’on pouvait penser de sa démarche. Le violoniste a su s’entourer de musiciens de tout premier plan qui lui apportent une réplique et un soutien parfaits, l’intégralité du récital se déroulant sous le signe d’une complicité évidente et d’une cohésion sans failles. Du point de vue technique, les différents membres de l’ensemble font preuve d’une remarquable solidité, qui leur permet d’affronter les exigences virtuoses de partitions qui n’en sont pas avares et de délivrer une prestation d’une propreté et d’une maîtrise indiscutables. Ils font assaut de souplesse, de sens des nuances, de luminosité, pour rendre justice aux moindres inflexions des œuvres, dont chaque détail est scruté sans que se morcelle pour autant le geste qui unifie la rapide succession de séquences composant chaque pièce. the rare fruits council manfredo kraemerCes éminentes qualités sont mises au service d’une véritable vision du répertoire qui, au rebours du clinquant, de l’énervé, ou de l’éthéré qui défigurent malheureusement trop souvent certaines interprétations, prend le parti d’un raffinement et d’un équilibre splendides, dénotant une véritable intelligence ainsi qu’un profond respect des œuvres proposées. Un peu à la manière d’Enrico Gatti, l’archet souverain de Manfredo Kraemer dose très soigneusement les épices employées pour pimenter le discours, avec une absence de systématisme qui démontre un instinct musical très sûr et empêche la théâtralité nécessaire pour animer ces pages de tomber dans le piège de la gesticulation superficielle. Finalement, c’est bien un vent de liberté qui souffle sur cette copieuse anthologie, non pas celle, frelatée, que certains pensent acquérir en s’affranchissant de ce qu’ils devinent des intentions et des moyens des compositeurs, mais bien celle qui se gagne en mettant humblement ses pas dans les leurs, en faisant confiance à leur musique. Peut-être cette lecture paraîtra-t-elle trop « sage » aux amateurs de saveurs qui malmènent le palais, mais ceux qui sauront entrer dans le temps préservé de l’agitation qu’elle propose feront leurs délices de sa fièvre sans hâte et de la subtilité de ses alchimies.

 

incontournable passee des artsJe vous recommande donc particulièrement de suivre la magnifique invitation que vous proposent les merveilleux musiciens de The Rare Fruits Council à entendre, à votre tour, palpiter le cœur de cette Venezia du XVIIe siècle à laquelle les expérimentations des compositeurs apportaient un incroyable foisonnement créatif. Puissent les bons soins des Éditions Ambronay permettre à Manfredo Kraemer de nous proposer longtemps encore des réalisations aussi abouties que celle-ci.

 

venezia rosenmuller legrenzi stradella the rare fruits counVenezia, sonates et sinfonie de Johann Rosenmüller (c.1619-1684), Giovanni Legrenzi (1626-1690) et Alessandro Stradella (1639-1682).

 

The Rare Fruits Council
Manfredo Kraemer, violon & direction

 

1 CD [durée totale : 81’53”] Éditions Ambronay AMY 028. Incontournable Passée des arts. Ce disque peut être acheté en suivant ce lien.

 

Extraits proposés :

1. Johann Rosenmüller : Sonata undecima

2. Alessandro Stradella : Sinfonia XII

 

Illustrations complémentaires :

Anonyme italien, XVIIIe siècle, Portrait de Giovanni Legrenzi, sans date. Huile sur toile, 84 x 73 cm, Bologne, Museo internazionale e biblioteca della musica.

La photographie de The Rare Fruits Council est de Bertrand Pichène. Je remercie Véronique Furlan (Accent Tonique) de m’avoir autorisé à l’utiliser.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Christophe Pucek - dans Gemmes
commenter cet article

commentaires

Marie 23/12/2011 16:29


Pour retrouver ce vent de liberté si généreusement offert, je marque la page afin d'égayer ma retraite séculière qui se profile ... Des bises parce que nous les valons bien

Jean-Christophe Pucek 25/12/2011 10:10



On oublie souvent que le XVIIe siècle, pourtant peu avare en drames, a été une époque de folle inventivité dans les différents domaines de l'art, ce que ce disque rappelle fort à propos. Des
bises pleines du vent de la liberté à toi



clairette 06/06/2011 18:25



Mince encore un incontournable, serai-je tentée de dire !  et si je mesure la nécessité de son achat
et l'urgence de son écoute à l'aulne du lyrisme déployé dans ce billet... je sens que je vais devoir cliquer très bientôt sur un site de perdition financière ! 



Jean-Christophe Pucek 08/06/2011 16:58



Oui, un bel incontournable sur un répertoire finalement pas si fréquenté que ça, je me dis que ça vaut bien un petit "clic" sur certain site avaleur d'euros que tu commences à bien connaître, ne
crois-tu pas, Clairette ?



cyrille 06/06/2011 14:17



Par Zeus ! Une joyeuse trinité émane de ton article, J-Ch !


Un bonheur pictural par ce Chercheur de Feti. Un bonheur de lecture, notamment dans les formules employées, comme : " comment deux arbres ayant grandi sous un climat similaire peuvent
produire des fruits différents en fonction du sol dans lequel ils s'enracinent. " ou " l' archet souverain de Manfredo Kraemer dose très soigneusement les épices employées pour pimenter le
discours ". Un bonheur d' écoute ( et de découvertes musicales ).


La Sonata undecima de J. Rosenmuller m' a positivement enchanté. Une dentelle musicale suave, légère et d' une prégnante gaieté.


La Sinfonia XII de A. Stradella a des échos plus intérieurs, mais d' une toute aussi délicate beauté stylistique.


Un mot encore pour les artistes dont, comme toi, j' en loue l' excellence du travail et l' enthousiasme qu' il engendre. Ce voyage vénitien qu' ils proposent généreusement et avec une réelle
intelligence est assurément un enchantement musical. T' écrire que je mets ce disque de côté en vue de sa prochaine acquisition est une évidence.


Enfin, je prends note également de l' ouvrage de Ph. Beaussant ...


Trois fois je t' embrasse !



Jean-Christophe Pucek 08/06/2011 17:16



Eh bien, cher Cyrille, je n'imaginais pas qu'en cliquant sur le bouton "publier" de mon interface, je déclencherais chez toi un tel enthousiasme Il me ravit, bien entendu, sachant qu'il s'agit pour toi d'un moment de découverte accompagné d'un plaisir palpable et
communicatif. J'espère que ces deux extraits t'auront donné l'envie de poursuivre un peu le périple vénitien qu'ils t'ont fait débuter, je te garantis que quelques joyaux t'attendent encore sur
les lagunes.


Trois fois merci pour ton commentaire et triple bise de rigueur



Zacharie 05/06/2011 23:13



Heureux possesseur de ce disque à
rubans multicolores, je peux renchérir. A première écoute, je me suis dit, voici un bon disque. Après l’avoir écouté plusieurs fois, je découvre une substance. Certains enregistrements s’usent à
mesure qu’on les réécoute, celui-ci déploie ses facettes : de même que les musiciens ont écouté les partitions pour les révéler telles qu’en elles-mêmes, de même l’auditeur peut écouter
l’interprétation et se retrouver dans un monde musical commun. La prise de son est à l’avenant, claire et sans clinquant.


A mon tour donc de dire : voilà de
la musique comme je l’aime, qui prend son temps et qui invite à le prendre.




p { margin-bottom: 0.21cm; }


Jean-Christophe Pucek 06/06/2011 07:50



Nous avons fait le même chemin en compagnie de ce disque, Zacharie : de l'assentiment à l'admiration (tu me corrigeras si le mot que j'emploie est trop fort). Le fait que cet enregistrement ne
dévoile ses magies qu'au fil des écoutes successives a justifié, à mes yeux, l'emploi de l'adjectif "alchimique", tant pour la subtilité que pour la dimension d'effort qu'il suppose. Je sais déjà
que, contrairement à ce qui se passe pour certaines autres qui s'éventent un peu trop vite, je reviendrai souvent vers cette splendide réalisation.


Merci pour ton commentaire.



Marie 05/06/2011 20:12



C'est d'autant plus vrai que ce que tu réponds est en total accord avec ma lecture, ce que je m'applique à faire patiemment et même au retour d'une réunion familiale "arrosée", sans orage




Jean-Christophe Pucek 05/06/2011 20:23



Je veux croire qu'avec de telles conditions, tu pourras avoir un peu de paix pour rêver à ton aise, que tes pensées soient ou non lagunaires



Présentation

  • : Passée des arts
  • Passée des arts
  • : Un parcours à travers les expressions artistiques, du Moyen-Âge à la première moitié du XXe siècle.
  • Contact

Recherche