Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 10:43

 

paolo veronese honor virtus post mortem floret

Paolo Veronese (Vérone, 1528-Venise, 1588),
Honor et Virtus post mortem floret
, c.1565 ?

Huile sur toile, 219 x 169,5 cm, New York, Frick Collection.

 

Voir une multinationale du disque se risquer à produire autre chose que du « grand » répertoire ou des récitals d’interprètes adoubés par les médias est devenu suffisamment rare pour attirer l’attention. Annoncé outre-Manche, où il a été publié par Decca au début du mois de mars, comme le premier enregistrement mondial – ce qui est exact – d’une œuvre longtemps perdue – ce qui l’est moins – d’Alessandro Striggio, la Missa « Ecco sì beato giorno », ce disque nous propose, outre cette dernière, deux tours de force de la polyphonie renaissante et sept madrigaux dans une belle interprétation de l’ensemble I Fagiolini.

 

Avant de vous présenter brièvement les compositeurs et les œuvres composant ce programme, je dois, par souci d’honnêteté envers vous, faire une mise au point concernant le projet en lui-même. S’il constitue bien, en effet, la première apparition discographique de la Missa « Ecco sì beato giorno », cette œuvre n’a pas été redécouverte, contrairement à ce qui est mentionné dans la presse et livret du disque, par Davitt Moroney en 2007. Dominique Visse l’avait, en effet, identifiée et transcrite au plus tard en 1978, puisqu’il l’a donnée en concert à la tête de l’Ensemble Josquin des Prés en la cathédrale de Sées (Orne) le dimanche 4 juin de cette même année. Ceci ne retranche rien, bien entendu, à l’intérêt documentaire majeur de l’enregistrement d’I Fagiolini, mais il me semble juste que la vérité sur cette trouvaille soit rétablie, et je remercie très chaleureusement Robin Troman pour ses précieuses informations sur l’histoire exacte de la recréation de cette Messe de Striggio.

Les données biographiques concernant ce compositeur, dont le fils, prénommé lui aussi Alessandro, sera le librettiste de l’Orfeo de Monteverdi, sont éparses. Enfant naturel d’un noble de Mantoue où il est né vers 1536-1537, il rejoint, en 1559, Florence et la cour du duc Côme Ier de Toscane, où il occupe la double fonction, richement rétribuée, de musicien et de diplomate. Il est très probable que son motet à 40 voix Ecce beatam lucem ait été donné en 1561 au Duomo et qu’il ait achevé sa Missa « Ecco sì beato giorno », fondée sur le matériau musical du motet et nécessitant les mêmes effectifs, portés jusqu’à 60 voix dans l’Agnus Dei, en 1566. paolo veronese honor virtus post mortem florent detailEn novembre de cette même année, en effet, Striggio entreprenait un voyage jusqu’à Vienne pour présenter son œuvre à l’empereur Maximilien II, dont Côme cherchait à s’attirer les faveurs. Après avoir rencontré le monarque à Brno au tout début de 1567, notre compositeur-diplomate poussa jusqu’à Munich où sa Messe fut donnée en février devant Albert V, qui avait pour maître de chapelle un certain Roland de Lassus, puis fit un détour par Paris, où elle fut interprétée le 11 mai, cette fois devant Charles IX et Catherine de Médicis, ce qui explique la présence de la partition dans la capitale française où elle fut retrouvée, après avoir été sauvegardée par un fabuleux musicien-archiviste dont j’aurai bientôt l’occasion de vous entretenir, Sébastien de Brossard (1655-1730), avant de s’embarquer pour l’Angleterre où il resta quinze jours avant de regagner Florence. Ce dernier séjour est vraisemblablement à l’origine du Spem in alium de Thomas Tallis (c.1505-1585), conçu par le musicien anglais dans un esprit d’hommage et d’émulation envers son brillant collègue italien. Outre ses tours de forces polyphoniques, Striggio est l’auteur d’intermèdes théâtraux et de sept livres de madrigaux, dont la publication s’étale de 1560 à 1597, les derniers posthumes, le compositeur étant mort à Mantoue en 1592.

Globalement, si l’écriture de Striggio n’est pas révolutionnaire, y compris dans ses madrigaux, sa maîtrise contrapuntique est, elle, indiscutable et lui permet de conserver une clarté maximale du discours polyphonique en dépit de la profusion des voix et d’une ornementation souvent très fleurie. Très fluide, usant parfois d’effets dramatiques saisissants mais très peu du chromatisme, la musique sacrée qui nous est offerte dans cet enregistrement, par ses effets d’imitation, sa disposition en huit chœurs à cinq voix et les échanges qui se développent entre eux, constitue une préfiguration très nette de la technique de spatialisation chorale qui fera la gloire de la musique vénitienne quelques décennies plus tard.

 

L’appréciation portée sur le travail effectué par Robert Hollingworth à la tête de Fagiolini aux dimensions considérablement élargies pour l’occasion et qui accueillent des musiciens issus de Fretwork, The Consort of Viols, The English Cornett and Sackbutt Ensemble and The City Musick (photographie ci-dessous) dépend évidement beaucoup de l’idée que l’on se fait de la polyphonie de la Renaissance. Les amateurs de distributions purement vocales ne manqueront pas d’arguer que la présence d’instruments brouille la clarté des lignes tout en faisant dangereusement pencher les œuvres vers une dimension trop décorative. Ce n’est pas totalement inexact, du moins lorsque l’on compare les motets Ecce beatam lucem et Spem in alium avec les versions à voix seules de référence signées par Paul Van Nevel (Sony, 1995, en studio, et Harmonia Mundi, 2006, en public). Cependant, force est également de constater que cette esthétique mixte, historiquement probable dans un contexte non liturgique, ce qui fut le cas de l’exécution parisienne de 1567, ou en fonction des goûts locaux, comme ceux qui avaient cours à Munich, est parfaitement assumée, et défendue avec autant d’intelligence que de brio, comme l’atteste justement la lecture, parfaitement convaincante dans son optique, de ce cheval de bataille qu’est Spem in alium, avec son tempo un peu plus rapide que celui généralement observé qui prévient toute opacification des textures et fait gagner en animation ce qui est perdu en sentiment d’immatérialité. i fagiolini striggio missa ecco si beato giornoCette volonté de privilégier une approche plus dynamique que contemplative de ces impressionnantes structures polyphoniques donne également d’excellents résultats dans la Messe. La pulsation soutenue sans jamais être affolée, le galbe des phrases remarquablement dessiné, le débit musical d’une grande fluidité contribuent à donner à cette interprétation une incontestable tenue, impression renforcée par des équilibres entre voix et instruments soigneusement dosés et soulignés par une prise de son très détaillée mais manquant malheureusement de chaleur. Certaines particularités, comme les rythmes dansants qui affleurent dans le Credo ou les volutes déjà baroques du Sanctus, sont très finement mises en relief par un chef qui s’appuie sur un métier très sûr afin de ne pas sacrifier la cohérence d’ensemble aux détails et a visiblement pris le temps de mûrir sa vision, dont un des grands mérites, tout en conservant à la Messe son ancrage dans l’esthétique renaissante, est de faire sentir qu’elle inaugure également le basculement vers la polychoralité telle qu’elle sera pratiquée à Venise par les Gabrieli avant d’essaimer tout le continent européen. Si la pièce de Galilei, à deux luths et lirone, donne le sentiment d’une lampée d’eau fraîche après tant de fastes, j’avoue être moins convaincu, à l’exception des très réussis D’ogni gratia et d’amor et Miser’oimè, par les madrigaux de Striggio proposés en complément de programme. Outre une instrumentation peut-être moins légitime que dans les pièces sacrées, ils manquent globalement, à mon goût, de ce rien d’épanouissement vocal, de sensualité et d’urgence qui, dans ce répertoire, fait la différence entre l’excellent et le superlatif.

En dépit de ces quelques réserves, il va de soi qu’aucun amateur de musique de la Renaissance ne saurait manquer cette parution importante que je recommande, même si le fabuleux destin de la Missa « Ecco sì beato giorno » ne s’arrête pas avec cet enregistrement d’I Fagiolini. L’œuvre sera, en effet, donnée le 3 juillet prochain au Festival de Saint-Michel en Thiérache, sous la direction d’Hervé Niquet qui devrait également l’enregistrer pour Glossa. Honor et Virtus post mortem floret : la belle histoire de Striggio ne fait peut être que commencer.

 

alessandro striggio missa ecco si beato giorno i fagioliniAlessandro Striggio (c.1536/7-1592), Missa « Ecco sì beato giorno », Ecce beatam lucem, madrigaux. Vincenzo Galilei (fin années 1520 ?-1591), Contrapunto Secondo di BM. Thomas Tallis (c.1505-1585), Spem in alium.

 

I Fagiolini
Robert Hollingworth, direction

 

1 CD [durée totale : 68’53”] et 1 DVD [durée totale : 57’55”] Decca 478 2734. Ce disque peut être acheté en suivant ce lien.

 

Extraits proposés :

1. Alessandro Striggio, Missa « Ecco sì beato giorno » : Credo

2. Thomas Tallis, Spem in alium, motet à 40

 

Illustrations complémentaires :

La photographie de l’ensemble I Fagiolini est de Matt Brodie, tirée de l’intéressant mini-site dédié à la parution de l’enregistrement de la Messe de Striggio.

Partager cet article

Repost 0
Published by Jean-Christophe Pucek - dans Gemmes
commenter cet article

commentaires

cyrille 14/04/2011 20:36



Je ne réécrirai pas ici ce que je te disais sur FBK à propos de la pochette du disque.


Pour ce qui concerne Striggio : le Credo de sa Missa est plutôt très beau et équilibré. L' interprétation me laisse par contre un peu dubitatif : notamment dans les passages
forte où les voix et les instruments sonnent, à mon goût, de façon trop sourds, pâteux.


Quant à Tallis : je partage ton avis sur son Spem in alium ( version ô combien différente de celle que j' ai acheté il y a peu, comme tu le sais. )



Jean-Christophe Pucek 15/04/2011 18:05



Attention à ne pas te laisser abuser par le fait que le son que tu entends ici est, par la force des choses, au format mp3, ce qui peut lui conférer un caractère plus pâteux que l'original, cher
Cyrille. Pour le reste, je pense que, dans son optique, cette interprétation est plutôt réussie pour ce qui est de la musique chorale, moins pour les madrigaux. Le Spem in alium est, à
mon sens, un des meilleurs moments de ce disque et je place cette version près des deux du Huelgas Ensemble.



claire 04/04/2011 11:36



... et à Sablé ! ;o)) Je me réjouis à la perspective d'entendre cette oeuvre en concert de manière moins béotienne grâce à ton billet !... L'illustration reste mystérieuse pour moi, les deux
allégories ayant plutôt l'air de vouloir trousser le malheureux !



Jean-Christophe Pucek 04/04/2011 20:10



A Sablé et aussi dans d'autres festivals, j'imagine, Clairette Je t'avoue que j'ai hâte de découvrir ce qu'Hervé Niquet
qui, sauf erreur de ma part, ne s'est jamais vraiment frotté au répertoire de la Renaissance, va faire de cette oeuvre aux proportions gigantesques. Sera-t-il, comme l'homme du tableau, capable
de choisir entre le Vice et la Vertu pour trouver le bon chemin ?



David 04/04/2011 11:29



Sonorités moins habituelles de mon univers d’écoute musicale que tu me fais découvrir Jean-Christophe, mais qui ne me laissent pas sans émotions.
Ayant en mémoire certains madrigaux de Monteverdi, cette musique accompagnée par les instruments si elle est très harmonieuses dans le mélange des voix et des instruments, me procure peut être un
peu moins le sentiment de recueillement, cet effet un peu plus décoratif et ce manque d’épanouissement vocal comme tu le décris en sont sans doute pour quelque chose.



Jean-Christophe Pucek 04/04/2011 20:20



Ce que tu dis est très intéressant, David, en ce que tu confirmes que cet enregistrement d'une messe du troisième quart du XVIe siècle regarde clairement vers l'esthétique du début du XVIIe, les
madrigaux de Monteverdi que tu évoques datant de cette époque. Je crois que le caractère moins recueilli et plus festif que tu soulignes est vraiment un choix de la part de Robert Hollingworth et
qu'il le défend bien, même si on peut aussi désirer entendre autre chose dans ce type d'oeuvre. Pour la Messe, nous verrons l'optique qui sera défendue par Hervé Niquet dans quelques
mois, mais pour les motets, Paul Van Nevel est déjà à même de combler tes attentes



Présentation

  • : Passée des arts
  • Passée des arts
  • : Un parcours à travers les expressions artistiques, du Moyen-Âge à la première moitié du XXe siècle.
  • Contact

Recherche